David Heurtel, ministre de l’Immigration, et Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

Main-d’œuvre dans Maskinongé: 120 000 $ pour un plan d’action

Louiseville — La MRC de Maskinongé prend les moyens pour soutenir les entreprises dans leurs efforts de recrutement de personnel. Grâce à un investissement de 120 000 $, un plan d’action est mis en place afin de faciliter l’arrivée de personnes immigrantes tout en faisant la promotion des occasions d’emplois au sein du territoire, des emplois qui sont nombreux.

Le ministre de l’Immigration, David Heurtel, était de passage à Louiseville vendredi après-midi. Accompagné du député de Maskinongé, Marc H. Plante, M. Heurtel a confirmé le versement d’une aide de 60 000 $ sur deux ans pour la mise en place de cette stratégie qui veut convaincre les immigrants habituellement installés dans la région de Montréal à quitter la métropole pour venir travailler et vivre dans la MRC de Maskinongé.

«Une des nouvelles réalités régionales est que nos entreprises vivent des pénuries de main-d’oeuvre. Si on veut poursuivre le développement économique, on doit faire face à des enjeux majeurs. L’immigration est une des solutions», raconte M. Heurtel, en rappelant que 2500 emplois seront à pourvoir d’ici 2019 uniquement en Mauricie.

La stratégie de la MRC repose sur quatre axes d’intervention. L’intégration en emploi et un établissement des gens à long terme s’ajoutent à la promotion du territoire et à l’accueil des nouveaux arrivants. Pour y parvenir, la MRC va continuer de participer à différents salons de l’emploi, mais va aussi offrir aux employeurs de l’accompagnement et de la formation pour l’intégration et la gestion de la diversité en plus de contribuer à faciliter l’intégration des nouveaux arrivants.

«Le manque de main-d’oeuvre est un grand défi à réaliser. On est en mode d’attraction. Et on veut être proactif. Le Service d’accueil aux nouveaux arrivants (SANA) est la porte d’entrée pour les immigrants. On va aller chercher des gens pour nos entreprises», raconte le préfet de la MRC de Maskinongé, Robert Lalonde, qui affirme que la MRC réfléchit à aller en France en février afin de cibler certaines personnes prêtes à venir s’établir au sein de la MRC de Maskinongé.

Le défi du recrutement est bien présent pour une entreprise comme Olymel qui veut ajouter 350 travailleurs à l’usine ATrahan de Yamachiche d’ici 2019.

«Il est important de mettre en place des stratégies d’emplois, d’identifier des pistes de solutions innovantes pour la main-d’oeuvre. Ce plan aidera à être encore plus attractif», raconte Denis Trahan, vice-président de la division Olymel ATrahan.

Pour le gouvernement du Québec, pas question d’arriver avec une stratégie nationale. Selon M. Heurtel, le gouvernement doit être un accompagnateur des intervenants régionaux, eux qui connaissent les besoins et les particularités de leur coin de pays.

«L’immigration est une solution où il y a des transformations sociales. On est capable de faire ces changements», affirme le ministre.