Élaine Zakaïb a quitté ses fonctions de député pour se consacrer à la relance de la maison de mode Jacob.

Les réserves Mastigouche et Saint-Maurice revampées

Les réserves fauniques Mastigouche et du Saint-Maurice subiront une cure de rajeunissement. Le gouvernement du Québec a annoncé vendredi un investissement de 2,4 millions de dollars afin de refaire les infrastructures de ces parcs faisant partie de la Société des établissements de plein air du Québec (SÉPAQ).
Cet investissement confirmé à Saint-Alexis-des-Monts par la ministre Élaine Zakaïb fait partie d'une série d'annonces faites dans d'autres réserves fauniques du Québec.
La part pour la réserve du Saint-Maurice est de 1,4 million de dollars, tandis que la réserve Mastigouche reçoit un million de dollars pour la partie comprise dans la Mauricie. Si on ajoute la part de 1,15 million prévue pour la section de la réserve Mastigouche dans la région de Lanaudière, on se retrouve avec un grand total d'environ 2,2 millions de dollars.
L'argent servira à retaper les infrastructures de ces deux réserves. Les chalets, les routes et les ponts seront rénovés au cours des prochains mois.
«Il y a 417 lacs et 13 rivières dans la réserve Mastigouche. Dans la réserve du Saint-Maurice, il y a 245 lacs et trois rivières. Il faut maintenir les routes, les ponts si on veut que les gens du Québec et les touristes continuent à visiter les réserves fauniques», mentionne Mme Zakaïb, ministre déléguée à la Politique industrielle et à la Banque de développement économique.
Les travaux d'entretien sont multiples sur une réserve faunique. Selon Éric Harnois, directeur de la réserve Mastigouche, l'arrivée de cet investissement va permettre à cette réserve de réaliser des travaux plus en profondeur et de rajeunir certains équipements.
«Pour retoucher à la fondation des routes, ça prend des investissements plus importants. Cet argent est le bienvenu. On pourra restaurer 100 km de notre réseau routier qui en a plus de 400. Trois ponts seront refaits. On va améliorer la signalisation: on est encore avec des pancartes de bois. On va graduellement incorporer les panneaux d'aluminium.»
La direction de la réserve Mastigouche prévoit également refaire la maçonnerie de la cheminée et de la fondation en pierres de plusieurs chalets. Ces chalets, dont certains ont plus de 100 ans, ont été légués par les anciens clubs privés de chasse et pêche.
«Le maintien de ces chalets, c'est du patrimoine. Ça requiert plus d'investissement, mais ça mérite d'être maintenu», avance M. Harnois, en ajoutant que les équipements de neuf chalets ne seront plus alimentés par le gaz propane, mais bien par l'énergie solaire, question d'offrir un service plus convivial aux visiteurs et de faire un gain au niveau environnemental.
Douze emplois directs et 10 indirects seront créés par le biais de cet investissement. Cet élément réjouit la ministre Zakaïb.
«Quand on a annoncé en octobre la stratégie prioritaire en emploi, on avait ciblé quatre mesures phares pour la création d'emplois à court terme. Une de ces mesures était d'investir dans les infrastructures. On l'a fait dans nos écoles et on le fait aussi pour la SÉPAQ pour remettre à niveau les installations pour que ces joyaux québécois soient bien gardés. L'investissement crée de l'emploi et rend plus attrayants nos sites touristiques», ajoute Mme Zakaïb.
Le plan d'investissement du gouvernement prévoit que les travaux seront terminés cette année.