Robert Landry, maire de Saint-Étienne-des-Grès.

Des comptes en hausse, d'autres en baisse à Saint-Étienne-des-Grès

Les contribuables de Saint-Étienne-des-Grès auront soit une hausse ou une baisse de leur compte de taxes en 2014 et cette situation est directement reliée à l'arrivée d'un nouveau rôle d'évaluation.
Ce rôle affiche une majoration de plus de 30 % par rapport à celui de 2013. Toutefois, ce ne sont pas toutes les résidences qui voient leur évaluation augmenter de cette façon.
«On sait que des évaluations de certaines maisons ont doublé, celles qui sont situées près de la rivière Saint-Maurice. La hausse moyenne du compte de taxes est d'environ 1,7 %», explique Robert Landry, le maire de Saint-Étienne, qui s'attend à ce que le tiers des contribuables doivent payer un compte de taxes dont la majoration sera supérieure à la moyenne de 1,7 %.
Afin de réduire l'impact d'une telle hausse du rôle d'évaluation sur le compte de taxes, le conseil de Saint-Étienne a diminué la taxe foncière. Celle-ci était de 1,1609 $ par tranche de 100 $ d'évaluation en 2013. Elle sera de 88,1 cents en 2014.
Pour les tarifs reliés aux différents services publics, le conseil a pratiquement adopté des gels. L'eau coûtera moins cher, passant de 227,33 $ en 2013 à 227,24 $ en 2014. Le tarif de l'égout sera de 154,59 $ en 2014, il était moins cher de 19 cents en 2013. Le coût pour la collecte des ordures était de 151,29 $ en 2013. Il est fixé à 151,18 $ en 2014.
En calculant tous ces tarifs pour une maison de valeur moyenne (130 000 $), le compte de taxes s'élèvera à 1713,54 $. Le compte de taxes en 2013 pour une maison de valeur moyenne (100 000 $) se chiffrait à 1695,49 $.
Le budget de 2014 présente des revenus et des dépenses de 5 065 041 $, un repli de 13,5 % si on le compare à celui de 2013. Dans la colonne des revenus, on note un manque à gagner de 270 200 $. Cela est une conséquence des modifications imposées par Québec au programme de remboursement de la TVQ.
«On doit faire face à une hausse du service de la Sûreté du Québec de 50 000 $. Pour le schéma de couverture de risque, c'est 30 000 $ de plus cette année parce qu'il faut faire de la prévention dans chaque maison. Et c'est correct. Mais ça coûte de l'argent. On respecte autant que faire se peut la capacité de payer des citoyens.», affirme le maire, en ajoutant que Saint-Étienne instaure en 2014 une taxe foncière non résidentielle fixée à un dollar par tranche de 100 $ d'évaluation.
La réfection des installations au parc les Grès, évalué à un million de dollars, fait partie des projets à réaliser en 2014, en autant que Saint-Étienne reçoive au moins la moitié en subvention. La réfection du boulevard la Gabelle est également dans les cartons de la Municipalité. Ce projet est évalué à 1,5 million de dollars.
«On a pigé 500 000 $ dans le surplus accumulé pour l'entretien des infrastructures souterraines, des routes et des bâtiments municipaux. On espère avoir un surplus de 200 000 $ pour 2013», souhaite M. Landry.
En 2012, le surplus de l'exercice financier a été de 293 036 $.