Normand Trahan et la lionne Rose.

Des acheteurs pour le Zoo de Saint-Édouard?

Saint-Édouard-de-Maskinongé — Un couple de Montréal est intéressé à acheter le Zoo de Saint-Édouard.

Normand Trahan, propriétaire du zoo depuis son ouverture en 1989, a annoncé l’été dernier sa volonté de vendre son entreprise. Âgé de 67 ans, M. Trahan n’a personne pour assurer la relève si jamais il est éprouvé par un problème de santé. Des gens se sont pointés, confirme-t-il, et ce couple de Montréal a un sérieux intérêt pour le zoo.

«Ils sont venus en septembre. Il n’y a rien de signé. Ça va-tu aboutir à zéro? On ne sait pas. Mais c’est un couple qui a de l’allure. La fille est une technicienne en santé animale et le gars est dans la publicité. Ils sont dans la vingtaine.

Le Zoo de Saint-Édouard abrite quelque 400 animaux, de nombreuses bâtisses, des enclos, des abris chauffés et autres équipements. M. Trahan refuse de dévoiler le montant exact demandé, mais on peut s’imaginer qu’il sera supérieur à deux millions de dollars. Voilà pourquoi il pourrait demeurer actionnaire au sein de l’entreprise afin notamment d’assurer la transition entre l’ancienne et la nouvelle administration.

«L’entreprise est en bonne santé. Le chiffre d’affaires a doublé en quatre ans. Je ne vends pas parce que ça va mal. On a eu proche 40 000 visiteurs en 2017. Je dois encore agrandir le stationnement. Je ne veux pas donner le zoo.»

M. Trahan souhaite que le dossier se règle d’ici février. Sinon, il suspendra la vente de son entreprise et assure que le zoo sera ouvert en 2018.

S’il possède toujours le zoo en 2018, il continuera de développer son commerce. Il allongera 40 000 $ dans l’achat de deux tigres blancs. En considérant les coûts de construction d’un bâtiment et d’un enclos, l’investissement totalisera environ 100 000 $.

Peu importe s’il demeure propriétaire ou non, le zoo comptera sur la présence de quatre autres pensionnaires la saison prochaine. M. Trahan prendra possession ce jeudi de quatre loups. Chaque tête vaut 800 $.

Normand Trahan a relancé les activités d’une telle entreprise à Saint-Édouard 10 ans après la fermeture du zoo fondé et exploité durant une vingtaine d’années par Napoléon Casaubon.