Marc H. Plante, député de Maskinongé et adjoint parlementaire du premier ministre pour les régions en compagnie de Robert Lalonde, préfet de la MRC de Maskinongé.

Bonification de 556 000 $ de l’enveloppe budgétaire

LOUISEVILLE — Marc H. Plante, député de Maskinongé et adjoint parlementaire du premier ministre pour les régions a annoncé une bonification de 556 000 $ du programme RénoRégion pour soutenir la rénovation d’habitations dans la MRC de Maskinongé en 2018-2019.

Cette somme sera réservée aux propriétaires-occupants à revenu faible ou modeste qui vivent dans la MRC de Maskinongé et qui souhaitent faire effectuer des travaux visant à corriger des défectuosités majeures sur leur résidence. «Cette aide financière vient donner un coup de pouce aux propriétaires pour qu’ils puissent conserver leur résidence en bon état. Grâce à cet investissement dans le programme RénoRégion, le gouvernement réaffirme son engagement pour l’occupation du territoire et la vitalité des régions», souligne M. Plante.

Pour sa part, Julie Boulet, ministre du Tourisme, ministre responsable de la région de la Mauricie et députée de Laviolette, estime que le renouvellement de ce programme est une excellente nouvelle pour les gens de la MRC de Maskinongé. «En plus de les aider financièrement à effectuer des travaux essentiels au maintien en bon état de leur propriété, il contribue également au développement économique de notre région et à la pérennisation de son parc immobilier», précise-t-elle.

Doté d’un budget de 20 M$ pour l’année 2018-2019, le programme est administré par la Société d’habitation du Québec (SHQ) et il est géré principalement par les municipalités et les MRC. Le budget est réparti entre 101 municipalités et MRC qui comptent moins de 15 000 habitants. L’aide accordée peut atteindre 95 % du coût reconnu pour la réalisation des travaux admissibles, jusqu’à un maximum de 12 000 $.

Depuis 2015, 65 M$ ont été octroyés pour favoriser le maintien en bon état des résidences en milieu rural. Pour qu’un dossier soit admissible, la résidence doit nécessiter des travaux de plus de 2000 $ visant à corriger une ou plusieurs défectuosités majeures. Ce programme est financé en partie par le gouvernement fédéral par l’entremise de la Société canadienne d’hypothèques et de logement.