Le maire de Saint-Mathieu-du-Parc, Claude McManus.

Augmentation de 9,8 % pour la directrice de Saint-Mathieu

La qualité du travail de Valérie Bergeron comme directrice générale à Saint-Mathieu-du-Parc a été soulignée à grands traits lors de l'assemblée publique du 3 février. En poste depuis octobre 2011, la jeune femme a prouvé aux élus qu'elle représentait la perle rare et pour s'assurer ses services sur une longue période, ils lui ont consenti une hausse de salaire de 9,8 % en 2014.
La rémunération des élus et des employés municipaux représente toujours un sujet sensible. Lors de cette assemblée, personne n'a toutefois remis en question la pertinence de hausser sensiblement le traitement de la directrice générale. Son taux horaire passe ainsi de 27,32 $ à 30 $, pour des semaines de 40 heures. La résolution a été adoptée à l'unanimité.
Le maire, Claude McManus, explique que cet exercice vise à permettre à Mme Bergeron d'atteindre la moyenne des salaires observés dans les municipalités de 2000 habitants et moins. Il fait remarquer que dans les faits, Saint-Mathieu-du-Parc en compte même plus de 3000 en incluant les villégiateurs, qui doivent aussi bénéficier des services municipaux même s'ils n'habitent pas leur chalet à l'année.
«Nous sommes satisfaits de notre directrice générale et on tient à ce qu'elle reste», tranche le maire, sous le regard approbateur des conseillers. «En plus, depuis son arrivée, ses compétences nous permettent d'épargner 11 000 $ par année en frais de vérification.»
Mme Bergeron avait pris la relève de Sylvain Tousignant, embauché sur division au conseil municipal en novembre 2006. Il a quitté ses fonctions en juillet 2011 dans des circonstances nébuleuses, avec une indemnité de départ et une compensation totalisant 25 000 $.
1,2 % pour les élus
Le conseil municipal s'est montré moins généreux au sujet de la rémunération du maire et des conseillers. Ainsi, une hausse de salaire de 1,2 % a été décrétée pour 2014.
Pour le maire, la rémunération mensuelle passe ainsi de 1226,52 $ à 1241,24 $, alors que pour les conseillers, le même traitement s'établira dorénavant à 416,76 $ plutôt qu'à 411,82 $.
En 2011, l'ex-maire Claude Mayrand avait testé la température de l'eau pour voir si la population accepterait un ajustement salarial pour les élus de Saint-Mathieu-du-Parc. Sa proposition avait été reçue froidement. Alors conseiller, M. McManus avait déploré que le sujet n'ait pas été débattu en privé avant de le soumettre en assemblée publique.
Le nouveau maire ne semble pas pressé de rouvrir ce dossier.
«On continue à donner l'indexation, mais pour le reste, nous n'avons pas eu de discussion approfondie», témoigne M. McManus. «Il faut s'assurer de suivre la moyenne. On va regarder ce qui se fait ailleurs et si nous devons faire des ajustements, nous les ferons. Mais il faut aussi tenir compte de la capacité de payer des gens.»
M. McManus sourit à l'idée qu'un début de mandat représente habituellement un moment privilégié pour s'attaquer à ce genre de question délicate.
«Je pense qu'on est rendu à une autre philosophie!», mentionne-t-il. «Les gens sont tannés de payer. Ce n'est plus vrai qu'on se dit qu'on doit donner un coup en début de mandat. Il faut faire attention.»
M. McManus précise que des négociations avec les employés municipaux, qui ne sont pas syndiqués, se dérouleront au printemps et qu'il faut aussi prendre cette réalité en considération dans le vaste chantier de la rémunération à Saint-Mathieu-du-Parc.