Manon Trudel a obtenu son congé de l’hôpital, car elle n’est plus infectée par le coronavirus.

Manon Trudel obtient son congé de l’hôpital

TROIS-RIVIÈRES — Infectée par le coronavirus lorsqu’elle se trouvait sur le navire de croisière Diamond Princess, Manon Trudel n’est plus porteuse du virus. Beaucoup plus affecté, son conjoint, Julien Bergeron, demeure toutefois hospitalisé.

Les derniers tests réalisés dans l’hôpital du Japon où elle était traitée ont démontré que la dame originaire de Sainte-Thècle n’est plus affectée par le coronavirus.

«Elle est maintenant à l’hôtel situé près de l’hôpital», confirme sa sœur, Flavie Trudel.

«Elle est heureuse et ça lui enlève un gros poids. Elle ne pensait pas qu’elle en sortirait vivante.»

Maintenant qu’elle n’est plus porteuse du virus, Manon Trudel retrouve une certaine liberté de mouvement et d’action. «Elle a quand même passé dix-huit jours sur le bateau confiné dans sa cabine sans fenêtres. Et ensuite elle a été confinée dans sa chambre à l’hôpital. C’est tout le mois de février qu’elle a passé entre quatre murs», mentionne Flavie Trudel.

«Juste de sortir dehors, ç’a été une belle expérience pour elle. Elle me disait que c’était un peu spécial.»

Comme plusieurs virus, le coronavirus n’affecte pas tous les individus de la même façon. Certains, comme Manon Trudel, ont la chance d’être asymptomatiques. «Elle a contracté le virus, mais n’avait pas de symptômes», précise sa sœur.

Le conjoint de Manon Trudel, Julien Bergeron, a eu moins de chance. Il doit toujours lutter contre une pneumonie causée par le coronavirus. Les deux Québécois ont contracté le virus alors qu’ils se trouvaient en quarantaine sur le Diamond Princess.

Bien qu’elle ne soit plus affectée par le coronavirus, Manon Trudel ne revient pas dès maintenant au pays. Elle doit avoir l’autorisation des autorités canadiennes et elle souhaite demeurer au Japon pendant que son conjoint est toujours malade.

«Elle fait les démarches administratives pour revenir au pays, mais elle va revenir en même temps que son conjoint», précise sa sœur, Flavie Trudel.

Du Japon, Manon Trudel s’est entretenue par téléphone avec le ministre des Affaires étrangères du Canada, François-Philippe Champagne.

Ce dernier lui a confirmé, rapporte Flavie Trudel, que plusieurs Canadiens étaient toujours aux soins intensifs au Japon en raison du coronavirus.

Il n’a toutefois pas pu préciser le nombre de passagers canadiens du Diamond Princess qui sont toujours affectés par le virus.