Manon Côté

Manon Côté devra se retirer de plusieurs discussions

LA TUQUE — La conseillère municipale Manon Côté a dévoilé, lors de la dernière séance du conseil de ville, sa relation avec le propriétaire de l’entreprise Constructions F. Paré, un des plus gros fournisseurs de services de la Ville de La Tuque. La conseillère municipale devra se retirer de plusieurs discussions et même certaines concernant le prochain budget de la municipalité pour éviter tout conflit d’intérêts.

«J’entretiens une relation avec François Paré, entrepreneur privé, cependant des mesures sont prises afin d’assurer l’intégrité et le respect du code éthique et de déontologie», peut-on lire dans sa nouvelle déclaration des intérêts pécuniaires déposée lors de l’assemblée publique.

Construction F. Paré est l’entrepreneur qui a le plus de contrats de la municipalité, près de 20% selon la Ville. Le rapport des sommes versées à l’entreprise Constructions F. Paré pour l’année 2017 totalise 1,9 M $. Les contrats sont majoritairement pour la collecte de déchets et concernant le service d’égout et d’aqueduc. L’entreprise avait également réalisé des travaux au centre de ski municipal.

Pour l’année en cours, la Ville a déjà versé 1,2 M$ à Constructions F. Paré inc. En plus des contrats de collecte de déchets et des travaux d’aqueduc et d’égout, l’entreprise a effectué des travaux dans le projet de mise en valeur du lac Saint-Louis.

La conseillère s’est d’ailleurs retirée de l’adoption des comptes à payer pour le mois de septembre 2018. Un geste qu’elle «va faire en copier-coller pour les trois prochaines années».

«On l’a rencontré à la suite de sa déclaration pour venir encadrer cette situation-là afin qu’elle respecte le code d’éthique et de déontologie des élus. Des mesures ont été mises en place pour que madame Côté puisse agir à titre de conseillère et participer aux discussions. […] Elle va se retirer de toutes les décisions qui concernent les contrats en cours ou qui sont susceptibles de concerner l’entreprise Construction F. Paré», a expliqué le greffier de la Ville, Jean-Sébastien Poirier.

«Il y a certaines discussions du budget qu’elle va devoir se retirer en raison du respect qu’elle doit avoir au niveau du code d’éthique et de déontologie des élus», a-t-il ajouté.

L’article 3 de ce code stipule que «Toute personne doit éviter de se placer, sciemment, dans une situation où elle est susceptible de devoir faire un choix entre, d’une part, son intérêt personnel ou celui de ses proches et, d’autre part, celui de la municipalité ou d’un organisme municipal. Le cas échéant, elle doit rendre publiques ces situations et s’abstenir de participer aux discussions et aux délibérations qui portent sur celles-ci».

Manon Côté s’est adressée à ses électeurs et aux citoyens de La Tuque. Elle a tenu à dire qu’elle portait une attention particulière au code d’éthique et de déontologie. «J’ai commencé avec une situation reliée à l’éthique, j’en ai changé mon emploi. Je trouve ça très important de maintenir ce code d’éthique et de déontologie dans ma vie personnelle et professionnelle pour protéger la Ville, l’homme d’affaires qui fait ce qu’il a à faire et la conseillère qui fait ce qu’elle a à faire», a-t-elle affirmé.

Rappelons qu’au début de son mandat à la table du conseil municipal de La Tuque, la conseillère Manon Côté avait été confrontée à faire un choix entre son emploi à la radio locale et son siège en raison d’une apparence de conflit d’intérêts.

Un avis juridique, aux conclusions sans équivoque, avait été commandé par la Ville avec le consentement de la principale intéressée. Manon Côté avait choisi de conserver son siège au conseil municipal.