L'escouade antiémeute de la Sûreté du Québec s'était interposée pour empêcher les deux groupes de manifestants de se rejoindre.

Manifestations de samedi: pas d’arrestation ni de plainte, selon la police

TROIS-RIVIÈRES — L’homme qui était en possession d’une bonbonne de poivre de cayenne à l’une des deux manifestations organisées samedi ne fera finalement l’objet d’aucune poursuite pénale.

Après avoir indiqué le contraire dans un communiqué faisant le bilan des événements, la Direction de la police de Trois-Rivières (DPTR) a rectifié le tir lundi.

«En fait, on demandait aux manifestants de montrer patte blanche avant la manifestation et on les a fouillés, explique le sergent Luc Mongrain, porte-parole de la DPTR. C’est comme ça qu’on a trouvé une bonbonne de poivre de cayenne sur cet individu.»

Bien que la possession de cet objet ne soit pas illégale, les policiers ont préféré saisir la bonbonne, doutant que son propriétaire l’ait amenée pour se protéger d’une attaque d’ours au centre-ville de Trois-Rivières. Aucune procédure pénale ne sera donc lancée contre cet individu.

M. Mongrain indique en outre que la division des enquêtes de la DPTR n’a reçu aucune plainte en lien avec les deux manifestations qui se déroulaient samedi. La propriétaire du Café Frida, Gabrielle Cossette, confirme n’avoir pas porté plainte à la police pour les désagréments qu’elle dit subir depuis un mois. Elle indique toutefois être épuisée par ce qu’elle a qualifié de «campagne de salissage» sur Facebook de la part d’individus qu’elle relie à la Vague bleue, ce qui l’a notamment incitée à retirer la section «Avis» de la page du commerce.

«Ce genre de mauvaise presse se règlerait en cour, mais on ne s’embarquera pas là-dedans... on encourage les gens à dénoncer les mauvais commentaires et c’est tout pour le moment. Pour être vraiment honnête, je suis épuisée. On est là-dedans depuis un mois, j’ai juste hâte que ça arrête, tout ça», confie Mme Cossette.

Lundi après-midi, la publication du Café Frida de dimanche a été partagée plus de 450 fois et aimée plus de 2100 fois. Elle avait également recueilli 350 commentaires, dont un grand nombre d’encouragements destinés aux propriétaires et aux employés du restaurant.

Rappelons qu’au début du mois, trois militants d’extrême droite s’étaient postés devant le Café Frida et avaient invité, dans des publications Facebook en direct, les militants antifascistes à venir les confronter. Ils avaient associé le commerce au mouvement militant antifasciste et collé des affiches faisant la promotion de la Vague bleue sur les murs extérieurs. Mme Cossette avait alors porté plainte pour vandalisme à la DPTR.