La manifestation silencieuse des personnes adjointes à la magistrature s'est déroulée mercredi midi dans les couloirs du palais de justice de Trois-Rivières.

Manif au palais de justice

Les adjoints à la magistrature ont participé à une marche silencieuse mercredi midi au palais de justice de Trois-Rivières. Quelque 15 personnes ont pris part à cette manifestation afin de dénoncer l'imposition par le gouvernement d'un cadre descriptif de la tâche d'un adjoint.
Selon le Syndicat de la fonction publique du Québec, cette description de tâches établie unilatéralement par le gouvernement ne correspond pas à la réalité de ses travailleurs.
«Ce sont des emplois uniques et spécifiques. S'ils font une erreur dans leur travail, il peut y avoir des pertes de droit au niveau des individus. Dans la description du gouvernement, ils ont enlevé tout ce qui est spécifique. On dirait que c'est la description d'un adjoint administratif», déclare Mélanie Déziel, vice-présidente de l'exécutif national du SFPQ.
Mme Déziel affirme qu'une sous-ministre a fourni l'engagement en août dernier de former une table paritaire afin d'établir cette description. Le syndicat a ainsi obtenu l'occasion de donner son avis, ce qui n'a pas été fait dans la rédaction de la description de tâches dévoilée en janvier. Le SFPQ réclame maintenant que cet engagement soit respecté afin d'établir une description qui soit plus fidèle à la réalité. C'est la raison pour laquelle des manifestations ont été tenues hier dans six autres palais de justice québécois.
«On veut rétablir le lien avec la sous-ministre. Le ministère de la Justice n'a pas respecté cet engagement et on veut l'avoir», ajoute Mme Déziel, qui affirme que le syndicat mènera d'autres moyens de pression si jamais la demande n'est pas reçue.
Vingt-deux personnes travaillent comme adjoints à la magistrature en Mauricie. Au Québec, le SFPQ représente 450 personnes qui occupent cette fonction.