Yvon Deshaies, maire de Louiseville.

Malheureux événements à Louiseville: «Ça me déçoit»

La Tuque — Louiseville a été le théâtre de deux malheureux événements lors du dernier week-end. Le maire de la ville s’est dit déçu, mais n’a pas vraiment d’inquiétude pour la sécurité de sa municipalité qui vit actuellement au rythme du Festival de la galette de sarrasin.

«Je ne peux pas dire que je suis inquiet de ça, mais ça me déçoit. Quand il y a beaucoup de monde… tout peut arriver malheureusement. On ne peut pas tout gérer», a lancé le maire Yvon Deshaies.

Ce dernier connaît personnellement le père de la victime de l’agression au couteau survenue dans la nuit de vendredi à samedi. Il est allé à sa rencontre, lundi.

«Le père du gars qui a été poignardé, c’est mon grand chum, je suis avec lui. Je le connais bien (le blessé). C’est un peace and love. On était ensemble vers minuit au bar ce soir-là. Je faisais une tournée du maire pour saluer les gens durant le festival. Il était de bonne humeur», raconte M. Deshaies.

L’homme de 38 ans, qui a été poignardé à l’arrière d’un bar de l’avenue Saint-Laurent, aurait demandé à son agresseur d’arrêter de crier après une fille. Il aurait par la suite été invité à l’extérieur, selon son père. «On a mal pris ça c’est certain. C’est mon gars qui m’a appelé pour me dire que tout était correct. Ses parties vitales n’ont pas été touchées. Ça s’est fait vite, il n’a pas réussi à planter le couteau aussi profond qu’il aurait voulu. Il avait une plaie vis-à-vis le cœur, dans le dos, sur le bras, dans la hanche…», a raconté Guy Provencher.

«Il a dit au gars d’arrêter de crier après une fille. Il ne pensait pas que le gars allait réagir comme ça. On ne peut jamais prévoir ça. C’est rendu qu’on ne peut plus aider personne, on ne sait jamais comment ça va finir. Il dit qu’il a eu sa leçon. On ne peut plus défendre personne. Il ne connaissait même pas la fille», a-t-il ajouté.

L’homme de 38 ans se porterait bien malgré tout et serait de retour à son domicile. La Sûreté du Québec a confirmé, lundi, qu’un individu était rencontré dans le dossier, mais il n’y avait toujours pas eu d’arrestation.

«C’est quelqu’un qui est à Louiseville depuis peu. Si vous me permettez, c’est un indésirable. J’espère qu’il va s’en aller en dedans pour longtemps. Malheureusement, ce n’est pas moi qui fais la justice», a commenté le maire de Louiseville.

Mort d’un homme à Louiseville

On connaît maintenant l’identité de la victime décédée lors de l’intervention policière de la Sûreté du Québec à Louiseville. Il s’agit de Pierre Deschamps, un homme de 52 ans qui résidait à Yamachiche.

«J’ai appris ce matin qu’il n’aurait pas été frappé sur le bord de la route. Il aurait été frappé sur le chemin, sans dire qu’il s’est tiré devant. On m’a dit qu’elle (la conductrice) ne l’avait pas pris sur l’accotement. C’est les nouvelles que j’en ai eues de la Sûreté du Québec», a indiqué le maire de Louiseville, Yvon Deshaies.

Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) continue d’examiner les circonstances entourant cet événement. Rappelons que selon les informations rendues publiques par le BEI, les ambulanciers auraient demandé l’aide des policiers vers 23 h vendredi dernier pour le transport à l’hôpital d’un homme qui se trouvait «dans un état éthylique». Ce dernier a toutefois décidé de quitter l’hôpital vers minuit, ce dont les policiers ont été avisés. L’homme a été localisé par les agents vers minuit et demi alors qu’il marchait en bordure d’une route. Les patrouilleurs auraient alors décidé de le laisser marcher. Il aurait été frappé par un véhicule une demi-heure plus tard. La conductrice du véhicule a alors prévenu le 911. L’homme a été transporté à l’hôpital, où son décès a été constaté vers 1 h 30, samedi matin.