La Maison Le Far lance un sondage visant à déterminer les connaissances de la population concernant la violence conjugale.
La Maison Le Far lance un sondage visant à déterminer les connaissances de la population concernant la violence conjugale.

Maison Le Far: un sondage pour mieux comprendre les préjugés

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Pourquoi elle retourne vers son bourreau? Elle doit seulement le laisser, ce n’est pas si compliqué. Les tabous et les préjugés sont en effet nombreux lorsqu’il est question de violence conjugale. S’agit-il d’une méconnaissance sur le sujet ou encore de mauvaises informations véhiculées sur le web? Afin de mieux comprendre le phénomène, La Maison Le Far, ressource d’aide et d’hébergement pour femmes et enfants à Trois-Rivières, lance un sondage visant à déterminer les connaissances de la population à ce sujet et les tabous y étant rattachés.

«Avec les cours qu’on offre à notre clientèle et aux personnes à l’externe, notre formatrice recevait beaucoup d’informations erronées qui revenaient sans cesse, donc on s’est demandé si ce qu’on entendait ici et dans notre entourage était quelque chose qui était beaucoup plus grand dans toute la population. Donc avec le sondage, on est en train d’aller chercher le pouls de la population et on veut aller le chercher dans des milieux différents pour avoir l’avis le plus général possible», explique Lyne Bourgelas, directrice adjointe de La Maison Le Far.

Le sondage s’adresse donc à toute la population et comprend une quinzaine de questions allant de sa propre évaluation concernant ses connaissances en matière de violence conjugale à la manière dont on pourrait réagir si une personne de notre entourage nous confiait en être victime, en passant par des suggestions de personnalités publiques qui pourraient être sélectionnées pour devenir des porte-paroles crédibles.

Ce sondage allait donc de soi pour l’organisme de la région qui y voyait une occasion en or de mieux orienter ses actions de sensibilisation par la suite.

«Avec les réponses reçues, on souhaite développer un volet de sensibilisation et de prévention pour aller toucher davantage de gens là-dessus. On va donc aller voir avec les réponses des gens ce qui est mal compris et comment on peut essayer de mieux les informer. On aimerait aussi voir comment on peut aider les gens qui sont témoins de tels actes et mieux les outiller, car des fois, on peut mal faire en voulant aider», souligne Mme Bourgelas.

Dans le cadre de ce projet, l’organisme espère obtenir les réponses de quelque 200 répondants. «Ça va quand même bien jusqu’à maintenant, car on a plus de 65 répondants, mais on aimerait en avoir encore plus. Et on aimerait aussi avoir l’avis des hommes, puisque ce sont plus les femmes qui répondent en ce moment. Leur opinion nous aiderait également.»

Le sondage est accessible directement sur la Page Facebook de La Maison Le Far ou en ligne.

Les participants ont jusqu’au 27 septembre pour le remplir. Ils courent notamment la chance de gagner l’un des trois paniers cadeaux de produits locaux de la Mauricie, d’une valeur de 50 $ chacun. Le tirage quant à lui aura lieu le 15 octobre.