Jean Lamarche

Mairie de Trois-Rivières: une mesure contraire à la loi?

TROIS-RIVIÈRES — Visiblement, les hostilités sont lancées entre les candidats à la mairie Jean Lamarche et Jean-François Aubin, alors que ce dernier questionne sérieusement un engagement pris par M. Lamarche en début de semaine, un engagement qui, vérification faite, serait contraire à la loi sur la fiscalité municipale.

On se souviendra qu’en début de semaine, Jean Lamarche a annoncé son intention, s’il est élu à la mairie, de créer un service stratégique de rétention des diplômés, un mandat qui serait confié à Innovation et développement économique Trois-Rivières. Ce service comprendrait diverses mesures mises en place pour favoriser la rétention des nouveaux diplômés à Trois-Rivières.

Parmi les mesures citées en exemple par M. Lamarche, on notait la possibilité d’offrir un congé de taxes aux nouveaux diplômés qui souhaiteraient faire l’acquisition d’une propriété à Trois-Rivières, une mesure qui a été donnée en exemple en point de presse et en entrevue.

Or, il semble qu’une telle mesure soit contraire à la loi, puisque les villes n’ont effectivement pas le pouvoir d’offrir des congés de taxes de la sorte. Une seule exception existe, lorsqu’un citoyen souhaite bâtir une nouvelle maison ou effectuer des rénovations dans des secteurs «en revitalisation».

Jean-François Aubin

D’ailleurs, en 2015, la Ville de Saint-Alexandre avait été rappelée à l’ordre par le ministère à cet égard, alors qu’elle offrait des congés de taxes sur trois ans aux nouveaux citoyens qui venaient s’établir dans un développement domiciliaire. Depuis, le rappel à l’ordre s’est également étendu à toutes les municipalités.

Le candidat Jean-François Aubin a sursauté en voyant cette proposition, qu’il estime maladroite. «Je ne prête pas de mauvaises intentions à mon adversaire, mais il faut vérifier quand on prend de tels engagements. Ne laissons pas croire aux citoyens des choses qui ne pourront pas se réaliser. Le milieu municipal est souvent limité et très encadré par le gouvernement provincial, d’où l’importance de valider ces choses-là avant de s’y engager», croit-il.

Appelé à réagir, le candidat Jean Lamarche s’est défendu en faisant valoir qu’il n’avait peut-être pas utilisé la bonne formule pour exprimer son idée, mais qu’il fallait d’abord retenir l’orientation avant les mesures données en exemple.

«J’ai dit que ce serait un des moyens qui pourrait être étudié. Est-ce que j’ai utilisé la bonne formule? Il existe des mesures pour faciliter l’acquisition d’une première propriété, ce sont ces mesures-là que je voudrais viser. Ce sera à IDE à vérifier ce qui peut être fait pour favoriser la rétention. Mais je suis davantage dans les orientations plus que dans les moyens. Il faut regarder les idées et les orientations plutôt que les mesures une par une», constate-t-il.

Rappelons qu’en début de semaine, c’était au tour de Jean Lamarche de décocher une flèche vers Jean-François Aubin en l’accusant de vouloir faire de l’ingérence dans les organismes de la Ville en proposant une politique jeunesse qui verrait la composition de 25 % des conseils d’administration être confiée à des jeunes de moins de 35 ans. Pour sa part, le candidat Éric Lord n’a pas souhaité réagir à ces nouvelles données. «Je laisse mes adversaires faire leurs propositions, je préfère me concentrer sur ma campagne», a-t-il fait valoir.