La candidate à la mairie de Bécancour, Martine Pepin.

Mairie de Bécancour: Martine Pepin veut plus de leadership

La candidate à la mairie de Bécancour, Martine Pepin, a profité du dépôt officiel de son bulletin pour décocher ses premières flèches à l'endroit de son adversaire Jean-Guy Dubois, remettant en cause sa politique économique et critiquant son manque de leadership sur la rive sud.
«Je veux reprendre le leadership du développement économique de la Ville, en d'autres mots, je veux reprendre les clés de la Ville», a-t-elle déclaré lors d'un point de presse tenu devant l'hôtel de ville.
Non seulement l'ancienne directrice générale de la Chambre de commerce a réitéré sa volonté de redéfinir le partenariat actuel avec Innovation et Développement économique Trois-Rivières, mais elle veut aussi inviter la Ville de Nicolet à faire partie de son plan de match.
«Et je veux rétablir les ponts avec la MRC de Bécancour et le Centre-du-Québec car les liens se sont légèrement effrités au cours des quatre dernières années. Dans mon livre à moi, il est inconcevable que la Ville de Bécancour ne soit pas plus omniprésente à la MRC et au Centre-du-Québec. La Ville de Bécancour doit assumer son rôle de leadership et malheureusement, elle ne le fait pas», déplore Mme Pepin.
À son avis, si des projets ou des entreprises ont vu le jour au cours des 48 mois, c'est grâce aux interventions des organismes économiques du territoire de Bécancour, mais «très peu par le nouveau service économique de la Ville».
Même si elle juge «très innovante» l'idée d'un incubateur dédié aux technologies environnementales et à l'agrotechnologie, l'opposante au maire Dubois questionne le caractère financier du projet, sa pertinence par rapport à la demande et son emplacement dans le parc industriel alors qu'elle opterait plutôt pour le parc LaPrade.
«Est-ce que les finances de la Ville de Bécancour sont en mesure de supporter un tel investissement? Est-ce que nous avons suffisamment de demandes pour combler les espaces à louer? Est-ce que nous sommes suffisamment outillés pour agir à titre de promoteur? Est-ce que les contribuables sont prêts à défrayer les pertes, s'il y a lieu?», soulève Mme Pepin.
Celle-ci rappelle qu'à cet effet, la Ville a annoncé un règlement fixe d'emprunt de 5 133 850 dollars. «Même si le montant net est de 1 580 000 dollars, la différence de 3 553 000 dollars vient de fonds gérés par la Corporation de promotion et de développement de Bécancour, entité créée par la Ville», précise l'aspirante à la mairie.
Selon elle, le mot incubateur appartient à l'ancienne génération, préférant parler de hubs. D'ailleurs, Mme Pepin ne cache pas son admiration envers le Digihub de Shawinigan, d'où son intention d'échanger avec le maire Michel Angers pour développer un projet similaire, mais propre à Bécancour. 
«Il est temps d'offrir à la population un nouveau Bécancour alors que seulement trois hommes et une femme ont occupé la mairie en 52 ans. C'est le moment de changer les choses», conclut-elle.