Dans l’ordre habituel, on retrouve Daniel Milot, directeur général de la Fondation de l’UQTR, Sébastien Charles, vice-recteur à la recherche et au développement de l’UQTR, François-Philippe Champagne, ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, Jean Lamarche, maire de Trois-Rivières, et Louis Gendron, directeur général du Cégep de Trois-Rivières.

L’UQTR et le Cégep se partagent 1,5 M$

Trois-Rivières — L’UQTR, via son Institut d’innovations en écomatériaux, écoproduits et éconergies (I2E3), et Innofibre - Centre d’innovation des produits cellulosiques du Cégep de Trois-Rivières, reçoivent chacun une aide financière non remboursable de 750 000 dollars de Développement économique Canada (DEC) pour les régions du Québec.

Et cette annonce faite jeudi par le ministre de l’Infrastructure et des Collectivités, François-Philippe Champagne, vise à permettre aux deux organisations de renforcer leurs capacités d’innovation et de transfert technologique qui bénéficieront aux entreprises et aux organismes qu’elles desservent.

L’aide fédérale permettra ainsi à l’UQTR et à Innofibre de se doter conjointement d’un ensemble d’équipements qui augmenteront leurs capacités à développer des technologies propres dans le secteur des produits biosourcés. Le développement des connaissances dans ce domaine permettra aux deux organismes de soutenir les entreprises de ce secteur par le transfert de technologies vertes et d’implanter des solutions innovantes.

«L’innovation est essentielle pour la prospérité de nos régions. C’est pourquoi nous sommes fiers d’appuyer l’UQTR et Innofibre qui privilégient la recherche collaborative et jouent un rôle d’avant-garde dans le développement de procédés et de produits innovants», a commenté le ministre Champagne.

Selon lui, cet investissement se veut un appui tangible à la capacité de ces centres de recherche spécialisés de contribuer aux plus grandes avancées en matière de technologies vertes et de bioproduits. «Ces secteurs d’innovation représentent un potentiel incroyable pour la région de la Mauricie. Plus que jamais, nous avons de l’ambition pour nos régions», a déclaré le député de Saint-Maurice-Champlain.

Son gouvernement, dit-il, s’est engagé à stimuler l’innovation pour accroître la productivité et la compétitivité à long terme des entreprises canadiennes. «Importants vecteurs de progrès, les avancées en matière de développement de nouveaux procédés de fabrication et de technologies propres génèrent la croissance dont profitent les entreprises et les collectivités», a ajouté celui qui a même évoqué une possible Vallée verte pour succéder à la Vallée de l’énergie.

Pour sa part, le vice-recteur à la recherche et au développement de l’UQTR, Sébastien Charles, a souligné que l’exploitation de la ressource forestière et papetière reste importante même si «la page est tournée» par rapport au titre de capitale mondiale du papier. «Il faut faire les choses différemment», affirme celui qui parle de matériaux plus durables et plus respectueux de l’environnement.

Selon le directeur général du Cégep de Trois-Rivières, Louis Gendron, l’équipe d’Innofibre, qui a mené 150 projets de recherche l’an dernier, travaillera en collaboration avec les partenaires privés et institutionnels afin d’accélérer le développement de technologies propres associées au domaine des produits cellulosiques.

Pour sa part, le directeur général de la Fondation de l’UQTR, Daniel Milot, s’est dit heureux que son organisation fasse partie de l’équation, avec une contribution pouvant aller jusqu’à 250 000 $ dans ce projet totalisant 2,3 millions de dollars. Et finalement, de son côté, le nouveau maire de Trois-Rivières, Jean Lamarche, a salué le développement d’alternatives durables et écologiques. «L’esprit de collaboration doit être valorisé», a-t-il conclu.