Luc Pellerin a été élu à la mairie de Saint-Stanislas.

Luc Pellerin élu maire de Saint-Stanislas

SAINT-STANISLAS — Cette fois devrait être la bonne. Appelés aux urnes pour la troisième fois depuis l’automne dernier, les électeurs de Saint-Stanislas ont élu dimanche leur nouveau maire. Pas moins de 89 % des citoyens ont choisi de faire confiance à Luc Pellerin.

Le nouveau maire de Saint-Stanislas a obtenu l’appui de 431 électeurs, contre 49 (11 %) pour sa rivale, Louise Drapeau. Sur les 931 électeurs de la communauté, 483 se sont prévalus de leur droit de vote. Le taux de participation de chiffre donc à 52 %. Avec un tel résultat, Luc Pellerin a les coudées franches pour entreprendre son mandat à la mairie.

«Je suis heureux d’avoir un mandat aussi fort. Ça va permettre de travailler tous dans le même sens», a-t-il affirmé en soirée.

«C’est toujours mieux un mandat fort. On a ainsi plus de liberté. On sait où les gens veulent qu’on s’en aille.»

Luc Pellerin, un retraité de l’usine ABI, avoue qu’il a une certaine pression pour rester en poste. Rappelons que lors du scrutin général l’automne dernier, aucun candidat n’avait brigué la mairie. Lors d’une élection partielle tenue par la suite, Sylvain Déry avait remporté le poste contre Anne-Marie Lafontaine. Or, quelques mois plus tard, le maire démissionnait, car il n’arrivait pas à concilier ses nouvelles fonctions avec son travail.

«Ce n’est pas mon intention de quitter avant la fin de mon mandat. J’ai choisi d’être là, c’est pour me rendre jusqu’au bout. Il n’y a aucune raison que je quitte avant la fin», a confirmé le nouveau maire de la petite localité.

Louise Drapeau n’a pas obtenu la confiance de la population.

«J’ai la ferme intention de me rendre à la fin du mandat et je veux vivre cette expérience. Et avec le nombre de votes que j’ai eu, je me sens prêt et je sais que je vais avoir l’appui de la population. [...] Je suis à la retraite. J’ai du temps. Ça va être moins lourd pour moi que pour une personne qui a un travail de 40 ou 50 heures par semaine.»

Dans les prochaines semaines, le nouveau maire entend se familiariser avec les dossiers courants de la Municipalité. Luc Pellerin souhaite collaborer avec les organismes de développement économique et il suivra bien sûr de près le projet de nouveau pont.

«Le ministère des Transports devrait venir l’annoncer en juin. Ce n’est pas fait, on circule encore sur le vieux pont, mais c’est un dossier qui est pratiquement terminé», a précisé le nouveau maire de Saint-Stanislas.

Une défaite amère
Louise Drapeau s’attendait à subir une défaite. Elle garde toutefois un goût très amer de cette campagne électorale. Elle estime qu’il est anormal qu’un candidat comme Luc Pellerin remporte la mairie aussi aisément alors «qu’il n’a pas de programme, pas d’expérience, et qu’il n’a pas fait de campagne».

«Il est une marionnette des familles patriarcales de Saint-Stanislas», a-t-elle mentionné en entrevue.

Par ailleurs, Louise Drapeau affirme avoir été harcelée et intimidée durant la campagne électorale. «On m’a blâmée du coût de la troisième élection», a-t-elle ajouté en indiquant qu’elle a porté plainte à Élections Québec.

De plus, Louise Drapeau croit qu’elle a été «tassée comme [sa] grand-mère il y a 100 ans» et que cela traduit bien la réalité misogyne des femmes en politique municipale.