Louiseville va refaire des infrastructures de la rue Édouard et d’une portion de la rue Saint-Paul en 2021.
Louiseville va refaire des infrastructures de la rue Édouard et d’une portion de la rue Saint-Paul en 2021.

Louiseville investit 1,9 million $ dans ses infrastructures

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Louiseville — Quelque 1 930 000 $ seront investis par la Ville de Louiseville afin de refaire des infrastructures de la rue Édouard et d’une portion de la rue Saint-Paul.

Le plan prévoit le remplacement des conduites d’égout et la réfection de la chaussée sur la totalité de la rue Édouard et sur la partie de la rue Saint-Paul comprise entre les avenues Sainte-Marie et Saint-Laurent. Les travaux s’ajoutent à ceux réalisés il y a déjà quelques années dans ce dernier secteur.

«Le réseau est magané, reconnaît le maire, Yvon Deshaies. Les travaux vont se faire en 2021.»

Louiseville profite d’une subvention de 685 065 $ provenant du Fonds pour l’infrastructure municipale d’eau (FIMEAU) du gouvernement du Québec. Ce programme appuie entre autres la réfection d’infrastructures municipales d’eau potable et d’eaux usées.

Le reste de la facture sera payé par un emprunt.

Des étangs aérés à agrandir

L’administration municipale de Louiseville devra élaborer un projet d’agrandissement de ses étangs aérés. Les équipements servant à traiter les eaux usées ne sont plus suffisants pour répondre à la demande en raison notamment de la croissance observée dans le parc industriel et au niveau résidentiel.

Louiseville n’a encore aucune cible concernant les besoins réels d’agrandissement, mais on s’attend à ce que les travaux coûtent quelques millions de dollars.

«C’est un gros chantier qui s’en vient, convient Yvon Douville, le directeur général de la Ville de Louiseville. Il y a plusieurs étapes à franchir.»

Louiseville désire réaliser cet agrandissement des équipements de traitement des eaux usées avec la participation financière des gouvernements supérieurs. Selon M. Douville, ce projet devrait être réalisé d’ici quatre ou cinq ans.