Marco Bélanger

L'OMH n'y peut rien

Le directeur général de l'Office municipal d'habitation de Trois-Rivières, Marco Bélanger, compatit aux problèmes de propriétaires de logements privés lorsqu'ils perdent des locataires au profit de l'OMH, mais soutient qu'il ne peut en rien intervenir dans les situations où des loyers restent en souffrance et que les avis de départ ne sont pas donnés en bonne et due forme.
Dans une lettre ouverte parue dans la page Opinion du Nouvelliste, hier, signée par Ugo de Montigny, PDG de Gestion immobilière de Montigny inc, ce dernier se plaint que des locataires qui doivent en principe remettre un avis de départ à leur propriétaire à l'effet qu'ils quitteront leur logement pour aller habiter un appartement de l'Office municipal d'habitation, ne le font pas. Avec comme résultat que les propriétaires privés se retrouvent avec deux mois de loyer impayés: le mois courant et le mois de préavis. M. de Montigny soutient que l'OMH ferme les yeux sur cette situation et qu'il se rend presque complice par association de ce qui ressemble à un vol.
De son côté, M. Bélanger dit comprendre ce propriétaire. «Nous sommes assujettis aux mêmes obligations qu'un propriétaire privé, rappelle-t-il. Et contrairement à ce que semble prétendre le signataire de la lettre, nous ne jouissons d'aucun privilège auprès de la Régie du logement. Mais on comprend très bien le désarroi de ce propriétaire qui, semble-t-il, n'a pu se faire payer ses loyers.» Il reconnaît que l'obligation des demandeurs de logement locatif dans un HLM est de signifier aux propriétaires deux mois à l'avance qu'ils veulent mettre fin à leur bail, puisqu'ils se sont vu attribuer un logement HLM, mais insiste-t-il, c'est un contrat privé à l'intérieur duquel l'OMH n'intervient pas.
«On ne peut exiger une preuve que cette démarche individuelle a été faite même si on informe le demandeur de ce qu'il doit faire auprès de son propriétaire privé et même si on lui remet les documents nécessaires pour le faire», insiste M. Bélanger.
Il ajoute que lorsqu'un individu fait une démarche pour obtenir un logement dans un HLM de la Ville, il doit faire la preuve qu'il est éligible et que cette preuve touche quasi essentiellement ses revenus et la composition de son ménage. Cela ne concerne donc pas son comportement de locataire avec le propriétaire précédent. «On n'a même pas à le droit, comme office, de faire une enquête de crédit sur ce locataire. On ne peut s'informer de la nature de son comportement et de toutes façons, même si on savait qu'il n'a pas payé ses loyers, cela ne le rendrait pas inéligible. C'est la loi.»
Le directeur de l'OMH note par ailleurs que depuis dix ans qu'il occupe ce poste, c'est la première fois qu'il entend parler d'un tel phénomène. «Nous avons une entente excellente avec les propriétaires de Trois-Rivières, insiste-t-il, parce que dans le cadre du Programme de supplément au loyer, on attribue des locataires à des logements privés.»
Rappelons que M. de Montigny a demandé à rencontrer le maire Lévesque afin de discuter de la situation mais que ce dernier l'a référé au ministère des Affaires municipales.