Dans l’ordre habituel, on retrouve Me Guylaine Marcoux, présidente-directrice générale de la SHQ, Sara Dubé, directrice, Affaires publiques, Port de Trois-Rivières, Robert De Nobile, président du conseil d’administration de l’OMHTR, Ginette Bellemare, mairesse suppléante, et Marco Bélanger, directeur général de l’OMHTR.

L’OMH de Trois-Rivières fête ses 50 ans: 1690 logements plus tard...

Trois-Rivières — L’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières (OMHTR) a procédé mardi au lancement des activités du 50e anniversaire, sa création remontant au 15 octobre 1969. Et à titre de partenaire platine, le Port de Trois-Rivières sera le présentateur officiel de la programmation.

C’est à la demande de la Ville de Trois-Rivières que l’OMHTR fut créé il y a 50 ans, devenant ainsi l’agent de la municipalité et le mandataire de la Société d’habitation du Québec (SHQ) pour gérer le logement social public sur le territoire trifluvien. Un demi-siècle plus tard, l’OMHTR, ce sont 37 ensembles immobiliers, 129 bâtiments, 1690 logements, 2800 occupants et 460 ménages logés dans le secteur privé grâce au programme Supplément au loyer.

«Nous logeons environ 2 % de la population et ces locataires ainsi aidés par notre organisation récupèrent sur leur budget plus ou moins 530 dollars par moi. Nous disposons de près de 9 % du parc locatif de la Ville de Trois-Rivières», a souligné le président du conseil d’administration, Robert De Nobile.

L’Office, c’est aussi une valeur foncière d’environ 92 millions de dollars, des taxes versées à la Ville de l’ordre de 1 843 086 $, un budget de 25 millions de dollars et 60 employés. «Nous générons des retombées économiques d’environ 15 millions de dollars et tout près de 10 % des heures travaillées en construction-rénovation sont attribuables aux activités de l’OMHTR et de la SHQ à Trois-Rivières», renchérit-il.

Celui-ci a raconté que dès le tout début, l’Office devient un outil de revitalisation urbaine et de développement social. Les Habitations Jean-Nicolet verront le jour en réponse à une problématique de logements insalubres dans l’ancienne paroisse Notre-Dame-de-la-Paix. Si le secteur Adélard-Dugré doit sa création à la volonté de voir l’autoroute 40 passer au coeur de la Ville, une problématique relative à du logement vétuste est derrière l’arrivée des Habitations Ste-Cécile.

Au début des années 80, les besoins en matière de logement pour les personnes âgées sont manifestes et c’est ainsi que l’OMHTR développera jusqu’en 1994 des ensembles immobiliers destinés aux aînés à faible revenu.

Les années 2000 marquent un tournant majeur, d’abord avec la fusion des OMH qui suit celle des municipalités, puis avec la volonté d’aller plus loin que la gestion de logements.

L’OMHTR devient un gestionnaire de milieux de vie, développe de nombreux partenariats avec les acteurs du milieu communautaire et institutionnel, et intègre le développement durable au coeur de ses activités.

«L’OMHTR bouillonne d’innovation en matière de développement social et communautaire et est maintes fois cité en exemple, notamment dans le plan d’action gouvernemental pour l’inclusion économique et la participation sociale», précise M. De Nobile.

Entre autres, il mentionne la présence d’une infirmière et d’une technicienne en travail social auprès des locataires aînés grâce au Centre de référence en soutien communautaire avec le CIUSSS MCQ, la Clinique communautaire de l’UQTR, établie dans l’habitation Saint-Laurent, qui offre des services de kinésiologie, chiropratique et podiatrie, le projet Retour vers ma réussite avec la Commission scolaire Chemin-du-Roy, et l’entreprise d’économie sociale MultiBoulot.

Représentant son patron, Gaétan Boivin, la directrice, Affaires publiques, au Port de Trois-Rivières, Sara Dubé, a énuméré les nombreuses activités à venir, dont une campagne promotionnelle.

Déjà, les dirigeants de l’OMHTR souhaiteront la bienvenue à la centaine de participants à la Rencontre des intervenants sociocommunautaires en HLM (RIS) qui aura lieu les 22 et 23 mai à l’Hôtel Gouverneur de Trois-Rivières.

À compter du 13 juin et jusqu’au 12 janvier 2020, grâce à la collaboration du Musée POP, l’Office présentera, en toute simplicité, l’exposition Vous loger, nous habite! 50 ans de services à la communauté. Réalisée à l’interne, cette exposition permettra de rappeler son histoire, sa contribution et son utilité sociale.

Toujours en juin, en partenariat avec Culture Trois-Rivières, une oeuvre collective, réalisée par des locataires avec l’artiste Alejandra Basanes, sera dévoilée. L’oeuvre sera affichée de manière magistrale sur l’un des immeubles de l’OMHTR. Par ailleurs, une mosaïculture rappelant le 50e sera installée au coin des rues St-Paul et des Ursulines.

«Au cours de la saison estivale, nous célébrerons bien sûr avec nos locataires et partagerons le gâteau anniversaire pour l’occasion. Enfin, nous souhaitons pouvoir célébrer du côté du secteur Adélard-Dugré et annoncer l’achèvement du projet de revitalisation et l’inauguration du Parc Bon Départ, en présence des autorités concernées», a-t-on fait savoir en conférence de presse.

Et pour marquer le 50e anniversaire, le 15 octobre prochain, un livre illustré sera officiellement lancé, résultat d’une recherche qui traduira le fil conducteur de l’histoire et de l’ADN propre à l’OMHTR. Le tout se terminera en novembre avec une soirée reconnaissance.

«L’OMH et le Port, c’est un partenariat qui dure depuis plusieurs années et qui est en quelque sorte naturel. Comme le Port, l’OMH a à coeur le milieu de vie dans lequel il opère. Comme pour nous, le citoyen, l’humain, est au coeur de leurs motivations à se dépasser quotidiennement», a conclu Mme Dubé.