Lock-out à l'ABI: Jean Rousselle interpelle François Legault

BÉCANCOUR — À l’instar du Syndicat des Métallos, le porte-parole de l’opposition officielle en matière de travail, d’éthique et d’intégrité des marchés publics, Jean Rousselle, invite François Legault à s’impliquer dans le dossier du lock-out à l’Aluminerie de Bécancour.

«Le conflit de travail privé à l’ABI dure depuis déjà plus de 13 mois et pénalise les 1030 travailleuses et travailleurs et l’économie locale. Je demande au premier ministre de rencontrer les travailleurs afin de dénouer l’impasse», a fait savoir le député de Vimont.

Après plusieurs tentatives de règlement par le ministre du Travail, Jean Boulet, entre autres par l’embauche d’un médiateur spécial et la mise sur pied d’un comité de médiation, c’est toujours l’impasse entre les syndiqués et la partie patronale, note le critique libéral.

«Rien ne bouge. Le lock-out a coûté des centaines de millions de dollars à Hydro-Québec et causé de grandes pertes économiques pour le Québec, notamment chez les nombreux fournisseurs d’ABI. Mais ce conflit nuit d’abord aux centaines de familles des travailleurs qui sont touchés par le conflit. Rappelons-nous qu’en campagne électorale, le premier ministre avait pourtant promis d’intervenir personnellement pour régler ce conflit. Qu’attend François Legault pour honorer sa parole?», a-t-il soulevé.