Le lock-out à l’aluminerie de Bécancour dure maintenant depuis dix mois.

Lock-out à l'ABI: Jean Boulet ira à Pittsburgh

BÉCANCOUR — Déterminé à ce que le lock-out d’ABI prenne fin, Jean Boulet se rendra la semaine prochaine à Pittsburgh pour rencontrer les hauts dirigeants d’Alcoa. Le nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec a annoncé ce voyage à la suite d’une rencontre tenue jeudi avec le syndicat des travailleurs de l’ABI.

Déclenché en janvier 2018, le lock-out à l’ABI perdure depuis maintenant 10 mois et prive 1030 travailleurs de leur gagne-pain. Quelques jours après avoir rencontré le médiateur spécial Lucien Bouchard et discuté avec la direction de l’aluminerie, le ministre du Travail et député de Trois-Rivières a rencontré le syndicat des travailleurs d’ABI affilié aux Métallos.

«Ç’a été une très belle rencontre», lance d’emblée Jean Boulet. «Après mon assermentation comme ministre, j’avais clairement mentionné que l’entente d’ABI était une priorité pour moi.»

Ces rencontres ont permis au nouveau ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec d’avoir une meilleure compréhension des enjeux et des intérêts des parties. Les échanges que Jean Boulet a eus avec les différentes parties impliquées dans ce conflit de travail lui serviront lors de sa rencontre avec la direction d’Alcoa prévue la semaine prochaine à Pittsburgh.

«Mon objectif, c’est que les deux parties reprennent les négociations. Je veux créer des conditions favorables à la reprise des négociations», assure le ministre, quelques jours avant son départ pour Pittsburgh.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec et député de Trois-Rivières, Jean Boulet.

Jean Boulet réitère ses préoccupations à l’égard des impacts économiques et humains du lock-out à l’ABI qui le pousse à se rendre en Pennsylvanie pour rencontrer les hauts dirigeants d’Alcoa. «La rencontre à Pittsburgh va être un peu comme l’aboutissement de mon processus qui va me permettre de dégager l’orientation pour l’avenir», ajoute le ministre du Travail. «C’est important de partager avec la haute direction d’Alcoa les impacts de ce conflit. Ce partage d’information va être à mon avis bénéfique.»

Le président du syndicat des travailleurs d’ABI, Clément Masse, s’est également dit satisfait de la rencontre de jeudi avec le ministre du Travail et député de Trois-Rivières. Il souligne que le syndicat a présenté la vision de l’échec de la médiation spéciale. De plus, Clément Masse accueille positivement la rencontre de Jean Boulet à Pittsburgh.

«On ne veut pas créer de faux espoirs à nos membres», indique toutefois Clément Masse. «On le dit depuis le début et on l’a dit au ministre. On veut finir la négociation et avoir une entente négociée à nos membres, c’est ce que nous avons mentionné au ministre.»

Depuis la fin de la médiation spéciale, il y a trois semaines, les négociations sont au point mort et aucune rencontre n’est pour l’instant prévue. Rappelons que les représentants des Métallos s’étaient également rendus à Pittsburgh en septembre dernier pour rencontrer la haute direction d’Alcoa.

Dans une brève réaction, Alcoa indique apprécier les efforts du ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale du Québec. «Alcoa apprécie l’attention portée par le ministre au dossier d’ABI et a eu l’occasion de discuter des pistes de solution pour l’amélioration de la productivité et de la profitabilité de l’usine, afin d’assurer sa viabilité à long terme», a affirmé Anne-Catherine Couture, porte-parole d’Alcoa.

Le président du syndicat des travailleurs d’ABI, Clément Masse.

Alcoa se dit de plus prête à reprendre les négociations, sans qu’une date ne soit avancée. «La direction d’ABI demeure prête à négocier une nouvelle convention collective et a proposé à la partie syndicale des solutions qui respecteraient l’ancienneté et ajusteraient la structure organisationnelle sans mise à pied, en raison d’une vague de départs à la retraite, assurant ainsi un emploi à tous les employés présentement en lock-out. Ces propositions sont concurrentielles, équitables et alignées avec l’industrie de l’aluminium au Québec», a ajouté Mme Couture.

Avec la collaboration de Marc Rochette