Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les diocèses de la région devront composer avec la limite de 25 personnes pour les traditionnelles messes de Noël cette année.
Les diocèses de la région devront composer avec la limite de 25 personnes pour les traditionnelles messes de Noël cette année.

Limite de 25 personnes dans les lieux de culte: un véritable casse-tête pour les messes de Noël

Amélie Houle
Amélie Houle
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Réserver sa place à l’église pour assister à la traditionnelle messe du 24 ou du 25 décembre... Qui aurait cru que ce phénomène se produirait un jour? C’est toutefois ce que devront faire de nombreux pratiquants et même pratiquants moins réguliers s’ils souhaitent s’assurer d’avoir une place le soir venu, puisqu’en raison des règles en vigueur pour les régions qui se situent en zone rouge, seulement 25 personnes pourront s’y retrouver simultanément. Mais malgré le véritable casse-tête que cela implique, les diocèses de la région se sont retroussé les manches pour remédier à la situation et proposent plutôt d’autres alternatives aux célébrations eucharistiques traditionnelles.

«Ça va être un gros défi cette année, car Noël a toujours été l’occasion pour nous d’élargir notre assemblée, donc ces gens-là vont arriver et on va devoir leur dire désolé, c’est complet. On doit donc trouver un équilibre entre d’une part, le respect des consignes sanitaires et d’autre part, la dimension religieuse qui fait partie selon nous d’un service essentiel, car la religion donne un soutien et un réconfort dans ces moments plus difficiles. C’est d’ailleurs la conversation qu’on a eue avec le gouvernement dernièrement», soutient l’évêque auxiliaire du diocèse de Trois-Rivières, Mgr Pierre-Olivier Tremblay.

En effet, il faut savoir qu’une rencontre a eu lieu le 1er décembre dernier entre les représentants de différentes communautés religieuses et le premier ministre François Legault, afin de discuter de la possibilité d’augmenter le nombre de personnes dans les lieux de culte en zone rouge, du moins pour la période des Fêtes.

«Dans ces rencontres, on tentait de faire valoir que les grandes fêtes comme Noël ont une grande importance, mais le gouvernement n’a finalement pas bougé de ce côté-là. On comprend quand même la décision, mais c’est sûr que pour les paroisses, c’est une déception de ne pas pouvoir accueillir plus de gens à Noël», souligne pour sa part Mélanie Charron, coordonnatrice de la pastorale d’ensemble et des communications au diocèse de Trois-Rivières.

«Le plus grand regret depuis le début de la pandémie pour les bénévoles est en effet de devoir dire à des gens qu’ils ne peuvent pas rentrer pour assister à la messe. Donc ce n’est vraiment pas une situation facile actuellement», ajoute de son côté Jacinthe Lafrance, responsable des communications au diocèse de Nicolet.

Situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles

Avec une situation exceptionnelle viennent évidemment des mesures exceptionnelles. Système de réservation, augmentation du nombre de célébrations les 24 et 25 décembre, webdiffusion et télédiffusion, activités à faire à la maison, les diocèses de Trois-Rivières et de Nicolet tenteront en effet le tout pour le tout cette année afin de minimiser les impacts de la situation.

Ainsi, autant du côté du diocèse de Trois-Rivières que de Nicolet, le système de réservation pour assister aux différentes messes du 24 ou 25 décembre semble être de mise dans le contexte. Certaines paroisses pourraient à cet effet prendre des mesures pour limiter les réservations à un certain nombre de personnes par famille pour s’assurer de laisser une chance équitable à tous.

Par contre, pour d’autres paroisses, on privilégiera plutôt le principe du premier arrivé, premier servi.

Il revient en fait à chaque paroisse d’en déterminer les modalités ou encore la façon de procéder, d’où l’importance de bien s’informer avant de s’y rendre le soir venu.

Il faudra toutefois faire vite, prévient-on, pour réserver sa place puisqu’on estime dans les deux diocèses que les plages horaires vont se remplir rapidement. D’ailleurs, si pour certaines paroisses, les inscriptions commenceront que dans les prochains jours, pour d’autres, elles sont déjà en cours. C’est le cas pour certaines paroisses du diocèse de Nicolet notamment, où certains horaires affichent déjà complet.

De plus, afin de pouvoir accueillir un maximum de personnes pour les traditionnelles messes du 24 et du 25 décembre, certaines paroisses ont fait le choix de proposer des plages horaires supplémentaires pour les messes de Noël. Ainsi, il ne sera pas rare pour certaines églises de multiplier les messes lors de ces deux journées.

Les gens qui souhaitent assister à la messe du 24 ou du 25 décembre devront s’inscrire à l’avance.

«À titre d’exemple, un prêtre va peut-être présider le 24 décembre entre trois et quatre messes de Noël par jour pour pouvoir recevoir une centaine de fidèles au total dans un secteur donné. Et c’est la même chose pour le 25 décembre où il y a souvent une seule messe habituellement, mais cette année, certaines paroisses vont multiplier aussi les messes pour le dimanche», explique Mélanie Charron.

D’ailleurs, à cet effet, Le Nouvelliste avait l’habitude chaque année de publier dans ses pages l’horaire des célébrations religieuses qui devaient avoir lieu dans chaque paroisse les 24 et 25 décembre. La situation étant différente en raison des inscriptions qui sont pour la plupart obligatoires dans chaque paroisse, il ne faudra pas compter cette année sur ce traditionnel horaire.

Toutefois, pour y voir plus clair, il est notamment possible de consulter le tableau des horaires des messes pour chaque paroisse sur le site du diocèse de Trois-Rivières (http://diocese-trois-rivieres.org/), ou de consulter le site du diocèse de Nicolet (diocesenicolet.qc.ca/trouver-ma-paroisse/paroisses/liste-des-paroisses-et-des-communautes-locales/) pour savoir comment joindre les différentes paroisses.

Place aux messes virtuelles

Évidemment, bien que ce soit souvent une tradition familiale, plusieurs personnes devront se résigner à ne pas assister à la messe du 24 décembre cette année, on s’en doute. Toutefois, pour remédier à cette situation bien malheureuse, les diocèses de Trois-Rivières et de Nicolet proposent chacun quelques options pour y assister, mais de manière virtuelle.

Ainsi, en plus des télévisions communautaires qui diffuseront les messes du 24 décembre, les paroissiens pourront également se rabattre à écouter ces dernières également sur Facebook, s’ils le désirent.

Et pour d’autres, comme ce sera notamment le cas à La Tuque, il sera également possible d’écouter la messe à la radio, et par la suite, d’aller communier sur le parvis de l’église.

Il suffit encore une fois de s’informer au préalable pour vérifier les diverses options offertes dans chaque paroisse.

«Même si ça va être différent, je pense que les gens vont tout de même s’y retrouver, mais surtout, ça va leur faire du bien quand même de pouvoir assister à une messe même si c’est en direct de leur salon», avoue Mgr Pierre-Olivier Tremblay.

D’autres activités dont les crèches de Noël seront pour la plupart accessibles dans les différentes paroisses, avec quelques règles sanitaires supplémentaires. De plus, du côté du diocèse de Trois-Rivières, des carnets d’activités pour un rappel du sens chrétien de Noël sont proposés sur le site de l’organisation.

Pour plus d'information:

http://diocese-trois-rivieres.org/

Les crèches de Noël seront pour la plupart accessibles dans les différentes paroisses, avec quelques règles sanitaires supplémentaires toutefois.