Dans les prochains mois, Parcs Canada s’affairera à rédiger, puis à déposer ce tout nouveau plan directeur, qui devrait guider la gestion du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice pour les dix prochaines années.
Dans les prochains mois, Parcs Canada s’affairera à rédiger, puis à déposer ce tout nouveau plan directeur, qui devrait guider la gestion du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice pour les dix prochaines années.

Lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice: le rapport des consultations publiques déposé

TROIS-RIVIÈRES — Afin de donner suite aux diverses consultations publiques qui ont été tenues l’an dernier au sujet de l’avenir du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice, Parcs Canada a émis un rapport faisant état des recommandations retenues du public, mercredi.

Dans ce document de sept pages, l’organisme national fait état des différents points abordés pendant les séances de consultation publique, dont le financement et l’animation du site, l’état de ses infrastructures, la tarification d’accès, son rayonnement, sa gestion plus ou moins locale et plusieurs autres.

Puis, on mentionne en conclusion les modifications qui devraient être effectuées au plan directeur, soit le renforcement de l’animation sur le site, la mise en œuvre de mécanismes de consultation auprès de membres de la communauté afin de bonifier la programmation, le développement d’une stratégie de conservation des ressources, l’amélioration de l’offre de visite ainsi que l’établissement d’un objectif de fréquentation des lieux.

«Des conclusions vagues et des oublis» 

Aux yeux de l'ancien professeur d’histoire au collège Laflèche maintenant retraité, Alain Tapps, ce rapport, bien qu’il comprenne certaines modifications ardemment défendues par les citoyens, ne contient pas deux points primordiaux, soit la gestion locale du site ainsi que l’investissement souhaité pour la restauration des infrastructures de l’endroit.

«Ces deux gros points sont revenus de nombreuses fois pendant les consultations. Le problème, c’est qu’il n’y a jamais personne pour défendre les intérêts du parc. On dépend de Montréal, ce qui fait qu’on passe toujours assez loin dans les priorités. De plus, les gens veulent tous un investissement majeur dans la mise en valeur des bâtiments, puisqu’il n’y a rien eu depuis 1987», déplore-t-il.

Tout de même, celui qui avait été présent lors de la plupart des périodes de consultation publique a pu sourire en lisant certains points retenus par Parcs Canada, notamment en lien avec la volonté de l’organisme d’augmenter la fréquentation du lieu et d’y tenir plus d’activités animées.

Par ailleurs, Alain Tapps explique que des recommandations des citoyens seules ne seront jamais suffisantes pour véritablement faire bouger les choses au lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice.

«Ils peuvent mettre ce qu’ils veulent dans les rapports, mais rien ne changera tant qu’il n’y a pas de pression qui vient du milieu. Il y en a eu un petit peu, lorsque certaines figures politiques municipales, provinciales et fédérales s’étaient présentées lors des rencontres, mais je crois qu’il devrait y avoir une véritable concertation entre la Ville, Tourisme Trois-Rivières, Parcs Canada et d’autres instances impliquées», a-t-il fait savoir.

Rappelons qu’à l’été 2018, quelque 80 citoyens mécontents des plans directeurs émis antérieurement s’étaient déplacés lors des rencontres publiques concernant l’avenir de ce site historique canadien.

«J’ai l’impression que nous avons choisi d’avancer avec un véhicule médiocre et que nous nous projetons dix ans plus tard avec le même véhicule un peu restauré. Ça me fait peur pour l’avenir de voir les choses de cette façon», avait déclaré à cette occasion, en son nom personnel, le coordonnateur au tourisme chez Innovation et Développement économique Trois-Rivières, Daniel Rioux.

Transparence saluée

Même s’il croit que ce rapport ne confirme en rien la volonté de Parcs Canada de répondre positivement à quelques-unes des doléances citoyennes, M. Tapps a tenu à souligner l’honnêteté dont a fait preuve l’organisation nationale en publiant ce qui avait été retenu des rencontres avec les Trifluviens.

«Même si ce rapport ne donne que quelques pistes, j’étais content de voir que, par souci de transparence, ils ont publié ce qui avait été discuté pendant les séances. Ce n’est qu’un compte-rendu, certes, mais je trouve intéressant qu’il ait été partagé avec nous.»

Le professeur d’histoire termine en réitérant sa curiosité face à la publication du plan directeur officiel, mais soutient qu’il ne s’attend pas à voir celui-ci être bien différent du dernier, puisque «rien n’est complètement révisé d’un plan à l’autre».

Il rappelle finalement que, même si le document final s’avérait positif pour les citoyens impliqués dans cette lutte, rien ne sera gagné pour autant en ce qui a trait à la revitalisation du lieu historique national des Forges-du-Saint-Maurice.

«Un plan directeur, ça ne veut rien dire. Il faut absolument qu’il y ait une volonté de changer les choses, tant du côté de Parcs Canada que du côté des gens de la région», conclut-il.

Les citoyens désireux de consulter le rapport peuvent le faire en se rendant sur le site de Parcs Canada.