Le lien interrives La Gabelle est fermé depuis octobre dernier.

Lien interrives La Gabelle: réouverture dans quelques mois

NOTRE-DAME-DU-MONT-CARMEL — Le lien interrives La Gabelle, qui était fermé depuis la fin d’octobre 2018 à la suite d’un accident, sera rouvert dans quelques mois. La décision a été prise mardi soir lors de la dernière rencontre du comité composé de représentants de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, de Saint-Étienne-des-Grès, d’Hydro-Québec et de la Sûreté du Québec.

Il semble que les efforts déployés au cours des derniers mois pour trouver moyen d’accentuer la sécurité aux abords des entrées et sur le lien lui-même aient finalement porté fruit. Pour un, le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler, se dit «extrêmement satisfait» des ententes prises entre les parties.

Il faudra toutefois attendre la fonte de la neige avant de mettre en place les mesures physiques qui seront déployées, précise-t-il, c’est pourquoi il faudra attendre plusieurs semaines, peut-être quelques mois, avant que le feu vert soit enfin donné aux usagers pour profiter à nouveau du lien, explique-t-il. Comme le fait valoir Lucie Roy, porte-parole chez Hydro-Québec, il faut en effet passer par le processus d’appels d’offres pour choisir le ou les entrepreneurs et faire exécuter les travaux.

Une des mesures qui seront adoptées sera la fermeture du lien lorsque des employés d’Hydro-Québec seront présents pour y travailler, ce qui arrive peu souvent et ne dure jamais longtemps, fait valoir le maire Dostaler. C’est donc un compromis qu’il accepte sans aucune résistance. «Je suis parfaitement d’accord», dit-il. «Le lien pourrait être également fermé temporairement s’il y a des problèmes de déglaçage quand il y a des journées comme on a de ce temps-là», illustre-t-il.

Lucie Roy précise que la combinaison de mesures choisies fait l’unanimité au sein du comité. Ces mesures sont inspirées du Manuel de la sécurité routière des experts de l’Association mondiale de la route, dit-elle.

Elles prennent en compte la protection des piétons, des cyclistes et des travailleurs, la visibilité, la vitesse, l’éclairage ainsi que la continuité des installations, c’est-à-dire que des corridors seront identifiés pour chaque type d’usage. Les travaux permettront également de régler certains problèmes indirectement reliés au lien interrives. C’est que les itinéraires routiers fournis par GPS aux camionneurs les font malheureusement aboutir assez régulièrement au lien interrives alors que des balises empêchent le passage des poids lourds sur la structure. Le maire Dostaler explique qu’on en profitera d’ailleurs pour mettre en place des moyens qui empêcheront les camions d’être dirigés vers le barrage et de se retrouver en mauvaise posture.

Même si le comité s’est entendu, il y a encore loin de la coupe aux lèvres. C’est qu’il faudra maintenant commencer à parler d’argent. Des discussions devront avoir lieu, en effet, pour déterminer qui paiera la facture des toutes ces mesures. Mme Roy indique qu’il faudra, dans un premier temps, déterminer le coût de ces travaux puis de déterminer qui paiera la facture. Au cours de ses prochaines rencontres, le comité interrives aura à détailler chaque moyen qui sera pris afin d’assurer un usage harmonieux et sécuritaire du lien.

Le maire Dostaler se dit d’autant plus heureux que le projet de réouverture du lien interrives aille de l’avant puisqu’il y a des projets de développement au Parc nature La Gabelle, dit-il, un site de plein air qui attire de plus en plus de visiteurs.