Le sort du lien interrives La Gabelle pourrait être connu d’ici deux semaines.

Lien interrives La Gabelle: l’heure juste d’ici deux semaines?

SAINT-ÉTIENNE-DES-GRÈS — Le sort du lien interrives La Gabelle pourrait être connu d’ici deux semaines.

Fermé le 11 juillet dernier à la suite d’un accident de circulation, le lien avait été rouvert du 22 octobre dernier jusqu’au vendredi, 9 novembre, à 18 h, dans le cadre d’une étude de circulation visant à déterminer s’il pourra être rouvert de façon définitive moyennant l’application de certaines mesures de sécurité.

Le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler, indique que «le ministère des Transports va extraire les données et les envoyer au comité» pour analyse. Peut-être que le comité fera également intervenir une firme privée dans cette analyse, ajoute-t-il. Mis à part un questionnaire auquel les usagers ont été soumis afin de connaître leurs habitudes face au lien interrives, «il y avait des lignes sur la rue qui calculaient le nombre de voitures», dit-il.

Les quatre intervenants au dossier soit sa municipalité, celle de Saint-Étienne-des-Grès, la Sûreté du Québec et Hydro-Québec ont convenu de se rencontrer à nouveau dans deux semaines, précise M. Dostaler.

«On va voir comment ça s’est passé, si les mesures qu’on a mises en place ont été bonnes, si ça a porté fruit et si on continue avec ça, s’il y a des choses à améliorer», explique-t-il.

Le maire Dostaler raconte qu’il est passé à quelques reprises sur le lien interrives, parfois par affaires et d’autres fois juste pour voir comment ça se passait.

«Je me suis rendu compte qu’à cause des dos d’âne, il y a moins de véhicules par fois qui passaient sur le barrage. Donc si l’on reste avec ces dos d’âne, peut-être qu’il faudra ajuster, par exemple, la durée de la lumière», illustre-t-il.

C’est un point qu’il veut d’ailleurs amener lors de la prochaine rencontre du comité, dit-il. «Notre but, c’est que ça se fasse bien», fait-il valoir.

Est-ce que la décision finale sur l’avenir du lien interrives se passera lors de cette réunion? «Peut-être», répond M. Dostaler.

«Je pense que ça a très bien fonctionné», dit-il, au cours de la période d’essais avec entraves de sécurité. Je pense que l’objectif a été atteint», analyse-t-il. Il faudra également considérer la question du déneigement, souligne-t-il. «Si c’est quelque chose qu’on met de façon permanente, est-ce que c’est faisable? Est-ce que les entrepreneurs sont capables de faire du déneigement? Si on les enlève pendant la période d’hiver, ce n’est pas nécessairement très bon. C’est une des choses qu’il faudra voir dans les prochaines semaines», indique le maire.

L’étude de circulation permettra de savoir d’où les gens viennent pour emprunter le lien interrives, pour quels motifs (travail, loisirs ou autres) et à quelle fréquence. On voulait aussi savoir de quel groupe d’âge proviennent les usagers et le type de véhicule qu’ils conduisent.