Une rencontre aura lieu le 15 août pour discuter de l’avenir du lien interrives La Gabelle.

Lien interrives La Gabelle: «En mode solution»

SAINT-ÉTIENNE-DES-GRÈS — Une rencontre aura lieu le 15 août entre Hydro-Québec, la Sûreté du Québec et les municipalités de Notre-Dame-du-Mont-Carmel et de Saint-Étienne-des-Grès afin de discuter des solutions qui pourraient être mises en place pour rétablir le lien interrives de la Gabelle.

Rappelons que le lien avait été fermé à la suite d’un accident survenu le 11 juillet dernier au cours duquel un automobiliste a frappé un employé de la centrale de la Gabelle en ne respectant pas la file d’attente. Au dire d’Hydro-Québec, ce n’était pas le seul incident à survenir.

Quelques jours plus tard, Hydro-Québec autorisait le passage des cyclistes et des piétons, mais le lien est toujours interdit aux VTT et aux automobilistes à ce jour.

«Je peux vous dire qu’on est tous en mode solution», a indiqué au Nouvelliste le maire de Saint-Étienne-des-Grès, Robert Landry. «Personne ne part avec l’idée de fermer ça définitivement», assure-t-il.

«On a émis quelques pistes de solutions et la semaine prochaine, on regarde l’avancement de tout ça.»

Rappelons qu’à la suite de l’accident, deux pétitions avaient été démarrées par les citoyens de deux rives, l’une pour fermer définitivement le lien et l’autre, pour qu’il soit rouvert.

Le maire de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, Luc Dostaler indique que la pétition pour la fermeture du lien n’a finalement pas été déposée au conseil municipal lors de la réunion régulière du 6 août. Quant à l’autre pétition favorisant la réouverture, sous forme électronique, elle a recueilli 1700 noms, mais les signataires ne sont pas tous de Notre-Dame-du-Mont-Carmel, observe-t-il.

Quoi qu’il en soit, le maire Dostaler croit lui aussi que plusieurs solutions peuvent être proposées pour régler le problème, comme ouvrir le lien à certaines heures ou trouver des moyens pour ralentir la circulation par le biais de dos d’âne ou d’arrêts.

Le maire Landry, pour sa part, se dit conscient qu’il passe environ 1000 véhicules par jour sur ce lien. «Ça perturbe un peu la tranquillité de l’autre côté, à Mont-Carmel», reconnaît-il.

Sur son site web, Hydro-Québec mentionne que «notre objectif est de trouver une solution qui garantira la sécurité de nos employés et de tous les utilisateurs du lien interrives de La Gabelle. Cette cohabitation sécuritaire est primordiale et demeure le but premier de notre réflexion.»