Denis Normandin

L’homme d’affaires au grand cœur

TROIS-RIVIÈRES — Il est plutôt rare qu’une de nos Têtes d’affiche possède sa propre fondation caritative. C’est le cas du président et actionnaire de BMW Mini, à Trois-Rivières, Denis Normandin.

L’homme d’affaires est également président du SEMO Mauricie, un service externe de main-d’œuvre spécialisé dans le soutien du développement de l’employabilité et du cheminement vers le marché du travail des personnes handicapées en Mauricie.

La Fondation Normandin, elle, est née de la compassion, il y a huit ans. Denis Normandin est en effet sensible à de nombreuses causes dans la région et tout particulièrement aux très longues heures investies par plusieurs dirigeants de ces organismes qui viennent en aide aux gens.

Désireux de soutenir différentes causes, notre Tête d’affiche décide de prendre les grands moyens en créant sa propre fondation. «Ce n’est pas facile, quand tu donnes ou que tu quêtes de l’argent et que tu n’as pas de reçu. Il y en a qui me font des dons de 2000 $ ou 5000 $. Avec la Fondation, je peux leur remettre tout de suite un reçu d’impôt», explique-t-il.

«Avec une fondation, quand tu donnes de l’argent, c’est public. Tout le monde peut voir ce qui se passe. C’est transparent», fait-il valoir en ajoutant qu’il ne charge aucuns frais d’administration. «Tout ce que les gens me donnent, c’est remis directement aux organismes», souligne-t-il .

La liste de ses bénéficiaires est longue. On y trouve notamment Moisson Mauricie /Centre-du-Québec, la Société canadienne de la sclérose en plaques, la Maison Re-Né, l’Accalmie, le FAR, le Centre d’action bénévole Laviolette, la Maison Albatros, la Société d’arthrite et la Maison Grandi-Ose pour n’en citer que quelques-uns.

«J’ai été président de plusieurs organismes», indique M. Normandin. «Quand tu es président de ceci ou de cela et même lorsque tu es en affaires, les gens vont te voir», dit-il.

Ce qu’il constate, au fil de ses implications, c’est que les subventions accordées par le gouvernement pour ces causes ne répondent pas à 100 % à leurs besoins financiers. «Et ce ne sont pas tous les organismes qui sont capables de faire des collectes. Certains ne sont pas équipés pour ça», constate-t-il.

Denis Normandin ne se contente pas d’attendre les dons. Il organise également des collectes de fonds via un tournoi de golf annuel depuis 2011, une façon peut-être plus discrète de solliciter les gens. «C’est qu’il y a une dizaine d’années, je suis allé voir un ami et la première chose qu’il me dit, c’est: ‘’Bon. Combien ça me coûte aujourd’hui?’’ Je me suis alors dit, j’arrête ça.» C’est pourquoi notre Tête d’affiche se tourne alors vers l’organisation de tournois de golf.

«La première année, on a réussi à donner 15 000 $. Pendant six ans, ça s’est limité à environ 20 000 $ ou 25 000 $», raconte-t-il. Avec l’aide fort appréciée d’un ami, le tournoi s’enrichit de plusieurs nouveaux joueurs tandis qu’un autre ami vient l’aider à récolter des dons en argent. Grâce à ces efforts, la Fondation Normandin arrive maintenant à remettre 50 000 $ à différentes œuvres de la région.

Les sommes sont attribuées à des organismes différents chaque année. «J’aimerais éventuellement arriver à donner 100 000 $», confie notre Tête d’affiche. «J’ai beaucoup de gens d’affaires qui viennent jouer et ils sont tous sur un conseil d’administration d’une fondation», dit-il. La Fondation Normandin est donc «la fondation qui aide les fondations qui en ont besoin», résume-t-il.

Cette année, par exemple, la Fondation Normandin contribuera à la campagne de financement majeure du Lac en Cœur.

Il n’est pas difficile de croire qu’il arrivera à récolter ce montant, son tournoi de golf étant le seul qui donne 210 000 $ en prix, soit 4 BMW à chaque tournoi de golf, assurances comprises. «Sur un trou d’un coup, vous gagnez une BMW», dit-il. «BMW soutient la Fondation», précise Denis Normandin. Le tournoi de la Fondation Normandin se déroule le 13 juin.