L'heure est au bilan pour Opération Nez rouge

Un nouveau chapitre dans l'histoire de l'Opération Nez rouge s'est terminé vendredi alors que le service de raccompagnement a complété sa 30e édition. Le bilan dressé par l'organisation de Trois-Rivières est reluisant avec une augmentation du nombre de bénévoles et une augmentation des raccompagnements.
«Nous avons battu des records», soulignait fièrement Mylène Bélanger, la coordinatrice d'Opération Nez rouge du Trois-Rivières métropolitain.
Au total, plus 1820 raccompagnements ont été effectués comparativement à 1467 l'an dernier. Près de 940 bénévoles ont participé à la réussite de cette édition, soit quelque 220 personnes de plus qu'en 2012.
«C'est sûr que plus on a d'équipes, plus c'est facile de répondre à la demande! Le 31 décembre, nous avions 19 équipes et nous avons été en mesure de répondre à toutes les demandes. Nous n'avons fait que le petit Trois-Rivières et nous avons fait 158 raccompagnements comparativement à 91 l'an dernier. Je suis vraiment fière», a affirmé Mme Bélanger.
Au Canada, 56 437 bénévoles dans 106 communautés ont permis d'effectuer 82 530 raccompagnements. Au Québec, 42 640 bénévoles ont fait partie de la tradition en réalisant 61 079 raccompagnements.
Au total, les activités de l'organisation ont cependant légèrement baissé comparativement à l'an dernier, alors que plus de 87 000 raccompagnements avaient été effectués au pays.
Le coordonnateur des communications nationales de Nez Rouge, David Latouche, explique cependant que de légères variations sont normales d'une année à l'autre.
«Nos chiffres ont toujours bougé à plus ou moins cinq pour cent durant les cinq à dix dernières années, a-t-il précisé. Si on regarde comparativement à l'an passé, c'est un peu moins que 5000 raccompagnements de moins cette année. (...) C'est tout à fait normal ce mouvement-là dans les chiffres (à cause) entre autres de la météo, qui est un facteur important dans les chiffres de l'Opération Nez Rouge cette année, partout au Canada.»
Opération Nez Rouge a également noté la popularité de ses applications mobiles, qui auraient été utilisées quelque 50 000 fois, que ce soit pour faire un appel, pour obtenir un numéro ou pour créer une alerte.
Avec La Presse Canadienne