L’experte de la défense se prononce au procès de Stéphane Gingras

TROIS-RIVIÈRES — La pédiatre Sylvie Béliveau du Centre hospitalier de l’Université Laval a mis un bémol sur l’expertise de sa consœur Claire Allard Dansereau de l’Hôpital Sainte-Justine au procès de Stéphane Gingras.

Lors de son témoignage, l’experte de la défense soutient en effet qu’il existe plusieurs causes possibles pouvant expliquer les lésions qui sont apparues au visage de la présumée victime.

Certes, elle n’exclut pas la possibilité qu’il puisse s’agir d’un cas de maltraitance mais elle rappelle aussi que les pétéchies et les hémorragies sous-conjonctivales dans les yeux de la fillette pourraient avoir été causées par des infections, des bactéries ou un virus. Lorsque la petite fille avait été emmenée à l’hôpital par son père, elle souffrait entre autres de fièvre et avait un mal de gorge. En ce sens, la pédiatre a insisté sur l’importance d’évaluer distinctement les pétéchies et les hémorragies puisque leur origine pourrait également être différente.

Pour sa part, l’experte en pédiatrie de la Couronne, la Dre Claire Allard Dansereau, avait soutenu que les lésions étaient compatibles avec une possible asphyxie causée par la pression d’un oreiller. Elle avait ainsi éliminé plusieurs autres causes possibles comme des vomissements et/ou une toux importants, un traumatisme à la tête causé par une chute, des troubles possibles liés à une coagulation déficiente, une prédisposition à faire des hémorragies ou une allergie.

Toujours selon elle, une infection pourrait causer des pétéchies mais de façon plus diffuse sur le corps. Quant à des cris ou des pleurs très intenses, ils pourraient certes occasionner des pétéchies mais pas d’hémorragies sous-conjonctivales.

Rappelons que Stéphane Gingras est accusé de voies de fait causant des lésions corporelles à une fillette de 4 ans en octobre 2015 en lui compressant la tête avec un oreiller. Son procès va se poursuivre le 21 mai avec les plaidoiries des avocats. Le juge Jacques Trudel pourra ensuite prendre la cause en délibéré.