Accompagné d’Alain Rayes et de Bruno-Pier Courchesne, Yves Lévesque a présenté son bilan de campagne électorale vendredi matin.
Accompagné d’Alain Rayes et de Bruno-Pier Courchesne, Yves Lévesque a présenté son bilan de campagne électorale vendredi matin.

Lévesque fait appel au vote rationnel

Martin Lafrenière
Martin Lafrenière
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — À trois jours de l’élection fédérale, Yves Lévesque fait appel au vote rationnel des citoyens de Trois-Rivières.

Le porte-couleurs des conservateurs dans Trois-Rivières présentait son bilan de campagne, vendredi matin. Accompagné d’Alain Rayes, lieutenant politique pour le Québec du Parti conservateur du Canada, et de Bruno-Pier Courchesne, candidat dans Saint-Maurice-Champlain, M. Lévesque a insisté sur l’importance de voter pour un parti politique qui saura faire progresser les projets trifluviens à la Chambre des communes et qui peut devenir le prochain gouvernement.

«Votre vote est important. Si vous voulez être dans l’opposition, votez pour le Bloc québécois ou le NPD. Mais pour régler les dossiers, il y a deux partis. Le Parti libéral du Canada propose de nous endetter, n’a pris aucun engagement sur des priorités, n’a aucun respect pour les compétences provinciales. Le seul choix, c’est le Parti conservateur.»

M. Lévesque a rappelé que son chef, Andrew Scheer, a pris l’engagement de réaliser le projet de train à grande fréquence, de permettre le changement des lettres patentes pour le plan de développement du port et de faire ce qu’il faut pour que l’aéroport de Trois-Rivières ait les normes de sécurité requises à son expansion.

«M. Trudeau n’a pris aucun engagement pour la région (lors de son passage jeudi à Trois-Rivières). Nous, le TGF, on va le mettre sur les rails. Fini, les études», a ajouté M. Lévesque.

Le chef libéral a toutefois soulevé un doute quant à la réalisation de projets d’infrastructures sous un gouvernement Scheer, étant donné l’orientation du Parti conservateur de restreindre le cadre budgétaire. Alain Rayes a tenu à préciser que le budget consacré aux infrastructures sera échelonné sur 15 ans au lieu de 12. Est-ce à dire que des projets comme le TGF pourraient ne pas être réalisés durant un premier mandat d’un gouvernement conservateur?

«Le TGF est un projet fort qui va réduire le trafic, qui va réduire l’émission de gaz à effet de serre. Il y a un consensus des gens de la rive nord (du Saint-Laurent), de la rive sud. On s’est entendu. Le Québec le souhaite, le Parti conservateur le souhaite. C’est un engagement ferme pour le TGF. Le gouvernement libéral n’a rien fait, à part des études», mentionne M. Rayes, député sortant de la circonscription de Richmond-Arthabaska.

Affirmant ne jamais avoir été contacté par un député fédéral durant ses années à la mairie de Trois-Rivières pour connaître les dossiers priorisés par la Ville, Yves Lévesque assure qu’il saura travailler avec ses anciens collègues du conseil s’il est élu député.

«Je ne regarde pas les individus, mais la Ville. Et la Ville aura le meilleur porteur de ballon.»