Thomas, son frère Alexis et sa sœur Sarah-Maude posaient ici pour l’agenda familial de Leucan Mauricie et Centre-du-Québec.
Thomas, son frère Alexis et sa sœur Sarah-Maude posaient ici pour l’agenda familial de Leucan Mauricie et Centre-du-Québec.

Les tirelires de Leucan deviennent virtuelles

Brigitte Trahan
Brigitte Trahan
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Les traditionnelles tirelires de carton que les enfants portaient autour du cou pendant leur tournée de bonbons d’Halloween ne sont plus. Avec cette pandémie qui menaçait, encore tout récemment, la tenue de cette fête très populaire et la nécessité de respecter la distanciation sociale, Leucan a en effet décidé d’accélérer le projet qu’il envisageait de faire de toute façon: rendre les tirelires virtuelles.

Catherine Gélinas, chargée de projet chez Leucan Mauricie et Centre-du-Québec ne cache pas que les écoles, déjà débordées par la COVID, sont ravies de ce virage numérique. Plus besoin de préparer les tirelires, de les recueillir et de compter les sous. C’est par Internet que tout se fera, cet automne, grâce à un simple lien.

Les écoles, garderies, CPE, familles et groupes privés sont invités à s’inscrire sur le site tirelires-leucan.com.

Ils recevront alors un lien internet qu’ils pourront placer sur la plateforme de communication de leur école ou envoyer directement aux parents.

D’habitude, une trentaine d’écoles de la Mauricie et du Centre-du-Québec participaient au programme des tirelires de Leucan et la campagne permettait d’amasser entre 10 000 $ et 15 000 $. L’organisation ne connaît pas encore les impacts qu’aura cet important virage numérique sur les résultats de cette année. Optimiste, Mme Gélinas cite le cas d’une école de la région qui, l’an passé, avait amassé 100 $ et qui, ces jours-ci, affiche déjà 700 $ dans sa tirelire virtuelle. Toutefois, moins d’écoles sont inscrites en ce moment, constate-t-elle, une situation qui devrait toutefois évoluer à mesure que s’approche l’Halloween.

La campagne des tirelires virtuelles de l’Halloween de Leucan ne s’arrête pas le soir de la fête, souligne-t-elle et il sera possible de continuer à faire des dons dans les jours suivants. Un reçu d’impôt sera émis pour chaque don de 20 $ et plus, précise-t-elle.

Notons que Desjardins s’implique pour stimuler la campagne. Huit prix de 500 $ pour l’achat de matériel scolaire et d’équipements sportifs seront remis aux écoles gagnantes et un prix de 1000 $ sera tiré parmi les écoles qui auront amassé un minimum de 500 $. Les personnes qui feront un don à la Tirelire virtuelle d’ici le 31 octobre seront éligibles au tirage d’une séance de photos familiale.

Mme Gélinas rappelle que les fonds amassés durant cette campagne serviront notamment à faire de la sensibilisation dans les écoles.

C’est que lorsqu’un enfant retourne en classe après une longue période d’hospitalisation, il aura un retard scolaire à rattraper et de la difficulté à se concentrer. Il peut subir de l’intimidation à l’école si son apparence physique a changé, car il y a souvent une perte de cheveux, une perte ou une prise de poids, une amputation ou autres. Les malaises liés aux traitements peuvent également survenir à l’école. Toute la famille a donc besoin de soutien. Leucan a d’ailleurs mis en ligne, sur son site web, une vidéo qui explique bien la situation.

Une partie des dons va également à la recherche, souligne Mme Gélinas.