Jack Sparrow, la vedette de la série de films Pirates des Caraïbes, a fait le bonheur des enfants au Cosplay Fest ce week-end.

Les superhéros en exemple

TROIS-RIVIÈRES — Des princesses, des superhéros de l’univers Marvel, des Stormtroopers et Ace Ventura. Tout y était pour un week-end haut en couleur à la deuxième édition du Cosplay Fest au centre-ville de Trois-Rivières.

Cette année, la Fondation Cédrika Provencher s’est associée à l’événement afin de promouvoir l’importance de la prévention pour la sécurité des enfants. Dans le cadre de la Semaine mondiale de la prévention des enlèvements d’enfants, la fondation souhaitait informer les familles sur le sujet pour permettre d’adopter des attitudes plus sécuritaires pour ainsi mieux se protéger. Elle affirme vouloir changer les mentalités chez les jeunes pour favoriser une société meilleure pour les prochaines générations.

«Nous rencontrons tellement de parents et de familles, c’est vraiment important d’amener une certaine notion de prévention par rapport aux enlèvements» explique Didier Mercadal.

Henri Provencher, président de la Fondation et grand-père de Cédrika, était présent à l’événement. C’est avec grand plaisir qu’il collabore cette année avec la Ligue des Super Héros.

«Il faut arriver à mettre dans la tête des jeunes les consignes de sécurité, des façons d’agir qui vont faire en sorte que ce ne seront pas des prédateurs dans l’avenir. Ça prend une génération qui est éduquée», explique-t-il.

Quelques jours avant la date de la disparition de Cédrika, M. Provencher et son équipe ont organisé la formation d’une chaîne humaine à grande échelle pour démontrer la solidarité et la vigilance pour contrer les pièges de prédateurs. Les festivaliers se sont tous tenu les mains dans le silence pour quelques secondes. «C’est comme une clôture qui veut dire ne touchez pas à nos enfants.»

Depuis l’enlèvement qui a touché le Québec il y a 11 ans, les outils d’intervention et de sensibilisation en matière d’enlèvement ont grandement évolué, selon le président de la Fondation. «On travaille à trouver de nouvelles idées, pour essayer de contrer les prédateurs d’enfants et les disparitions», dit-il. «Il y a beaucoup de pas qui ont été faits et il y en a encore énormément. Notre message s’adresse aux jeunes. S’il y a des prédateurs, c’est parce qu’il manque quelque chose au niveau de l’éducation. Je crois qu’il n’y a pas de meilleure façon de faire passer le message, car qui n’a pas été ébahi devant les superhéros?»

La Fondation Cédrika Provencher souhaite pour sa part collaborer avec le Cosplay Fest pour les années à venir.

Le promoteur du festival, Didier Mercadal, affirme que l’événement familial s’est avéré être un grand succès. «C’était excellent. Nous sommes heureux de voir que la vision et le concept attirent autant de gens. On a pensé faire plaisir à tout le monde et on a voulu faire une version 2.0 beaucoup plus élaborée et nous allons travailler sur cette base pour la suite», conclut-il.