Une trentaine de sous-traitants qui ont participé à l’important chantier autour du lac à la Tortue pourront finalement être payés.
Une trentaine de sous-traitants qui ont participé à l’important chantier autour du lac à la Tortue pourront finalement être payés.

Les sous-traitants enfin payés au chantier du lac à la Tortue

SHAWINIGAN — Une trentaine de sous-traitants de l’entrepreneur général Allen pour le fameux chantier d’aménagement d’un réseau d’égout et d’aqueduc autour du lac à la Tortue pourront enfin être payés. Lundi après-midi, la Ville de Shawinigan a annoncé une entente selon laquelle elle débloquera 9,3 millions $ pour honorer ces factures.

La semaine dernière, le maire, Michel Angers, émettait l’imminence d’une annonce dans ce délicat dossier. Les négociations se poursuivent au sujet des dépassements de coûts observés à ce chantier de 52,5 millions $, mais en attendant, les sous-traitants verront enfin leurs factures honorées. La Ville de Shawinigan précise que les montants dus varient entre 1200 $ et 3,5 millions $.

Le montant de 9,3 millions ne représente pas un ajout. Il était prévu au règlement d’emprunt de 47,1 millions $, bonifié en mars 2019 pour couvrir les dépassements de coûts.

«Nous tenions à libérer ce solde, qui était retenu, pour permettre aux sous-traitants d’être payés», explique François St-Onge, directeur du Service des communications et des relations avec les citoyens.

«L’argent a été placé dans un compte en fidéicommis, de sorte que nous sommes assurés qu’il servira pour payer les sous-traitants.»

Ces derniers étaient devenus des victimes collatérales des négociations entre la Ville de Shawinigan et Allen. Habituellement, la Municipalité paie l’entrepreneur à la fin de chaque ouvrage. Ensuite, Allen devait payer ses sous-traitants. Par contre, les retards dans les travaux et les coûts débattus retardaient les paiements à une trentaine d’entreprises.

«Souvent, ce sont des entrepreneurs de Shawinigan qui couraient après leur argent et nous étions très soucieux de cela», assure M. St-Onge. «Le Service des affaires juridiques s’est beaucoup activé pour trouver une formule qui fasse en sorte que l’argent aille à ceux à qui il est destiné. La Ville ne pouvait pas les payer directement, puisque les contrats n’avaient pas été signés avec nous.»

Pour le reste, Allen et la Ville de Shawinigan ont convenu de poursuivre la médiation déjà entamée au sujet des nombreuses directives de changement et des coûts de retard des travaux.

«On ne sait pas combien de temps ça va durer et pendant ce temps, les sous-traitants attendaient leur argent», souligne le porte-parole.

À noter que la somme libérée servira également à payer les travaux de finition à venir sur des terrains privés autour du lac à la Tortue.