«Les soins de santé sont à l’agonie»: la FIQ lance une campagne publicitaire

Gabriel Delisle
Gabriel Delisle
Le Nouvelliste
Trois-Rivières — Sans convention collective et en négociation avec Québec, le Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec (FIQ - SPSMCQ) a donné la nuit dernière le coup d’envoi d’une nouvelle campagne publicitaire en projetant des messages sur le bâtiment du Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR), à Trois-Rivières.

«On veut lancer un message clair au gouvernement dans le cadre de nos négociations nationales», lance d’emblée Nathalie Perron, la présidente du syndicat régional qui représente notamment les infirmières et inhalothérapeutes.

La projection sur l’extérieur du bâtiment, qui n’était pas connu de l’employeur, s’est déroulée à partir de 23h30. «On va pouvoir lire sur le bâtiment le message qu’on veut envoyer au gouvernement comme ‘‘Les soins de santé sont à l’agonie, nous sommes la solution’’. Nous n’avons plus de convention collective depuis mars 2020», note la présidente du syndicat SPSMCQ.

«Il faut que ça bouge. On attend la contre-proposition du gouvernement.»

La pandémie et la suspension de certaines conditions de travail devant l’urgence de la situation entraînent, rapporte Nathalie Perron, plus que jamais des professionnelles à quitter leur emploi. «Ça ne va pas bien. On n’a jamais eu autant de temps supplémentaire et de temps supplémentaire obligatoire. Plusieurs quittent la profession», dit-elle. «On est dû pour un redressement.»

Cette action syndicale s’est tenue simultanément dans trois autres villes du Québec. La campagne publicitaire sera diffusée dans plusieurs médias québécois.