Guy-Paul Brouillette.

Les pourvoyeurs rendront hommage à Guy-Paul Brouillette

SAINTE-ANNE-DE-LA-PÉRADE — L’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne, par l’entremise de son président, Steve Massicotte, rendra un hommage posthume à son fondateur, Guy-Paul Brouillette à l’occasion de ses funérailles, samedi, à la suite de son décès survenu le 21 octobre dernier.

«Il a été le bâtisseur, l’initiateur, notre fondateur. Nous sommes très reconnaissants envers lui», indique M. Massicotte.

Ce dernier rappelle que Guy-Paul Brouillette, qui a fondé l’Association en 1979, a beaucoup fait cheminer le dossier de la pêche sportive aux poulamons sur la rivière Sainte-Anne, rappelle M. Massicotte, notamment en obtenant un moratoire sur la pêche commerciale en 1994 du ministre Yvon Picotte. L’abus des pêcheurs commerciaux avait presque vidé la rivière de ses poulamons à ce moment-là. «En 1994, on ne comptait plus que 320 chalets, 14 pourvoyeurs et 13 000 visiteurs. La pêche aux poulamons était menacée de disparaître» avait raconté M. Brouillette au Nouvelliste dans un article signé le 3 février 2003 par l’ancien journaliste Roger Levasseur et intitulé Guy-Paul Brouillette considéré comme le sauveur de la pêche aux petits poissons des chenaux. «Il s’est battu pour ça avec son équipe», rappelle M. Massicotte.

«M. Brouillette était une véritable bibliothèque pour nous, la mémoire de l’association», indique M. Massicotte. Quelques semaines avant son décès, il avait accepté de partager certaines informations avec lui concernant le centre d’interprétation du poulamon, qu’il a aussi fondé. «Nous étions bien heureux de ça parce que nous avions des travaux à y faire», indique M. Massicotte. «Il était encore intéressé», dit-il. Malgré sa santé défaillante, il allait de temps en temps sur la glace avec ses enfants», ajoute-t-il.

Ancien membre de la Sûreté du Québec et ancien agent correctionnel, Guy-Paul Brouillette a pris sa «retraite» de l’Association des pourvoyeurs de la rivière Sainte-Anne en l’an 2000, alors que la 72e saison de pêche devenait dorénavant le Festival du petit poisson des chenaux.

Lors de son 80e anniversaire, en 2017, la pêche sur la rivière Sainte-Anne accueillait 100 000 visiteurs. M. Brouillette d’où il est maintenant, peut donc dire: «Mission accomplie.»