Si le feu vert de la Santé publique tarde trop, il se pourrait que les parcs aquatiques de la province soient forcés d’annuler leurs activités pour l’année 2020. Sur la photo: Patrick Bellemare, popriétaire du parc aquatique H2O de Trois-Rivières, en compagnie de sa fille Ann.
Si le feu vert de la Santé publique tarde trop, il se pourrait que les parcs aquatiques de la province soient forcés d’annuler leurs activités pour l’année 2020. Sur la photo: Patrick Bellemare, popriétaire du parc aquatique H2O de Trois-Rivières, en compagnie de sa fille Ann.

Les parcs aquatiques toujours dans le néant

TROIS-RIVIÈRES — Alors que les arénas, salles d’entraînement, piscines et autres établissements sportifs ont reçu le feu vert du gouvernement pour reprendre leurs activités, les parcs aquatiques se retrouvent toujours dans le néant et se demandent s’il leur sera permis d’ouvrir cette saison.

C’est notamment le cas du propriétaire du parc aquatique H2O de Trois-Rivières, Patrick Bellemare. Toujours sans réponse en ce qui a trait à la réouverture de son entreprise, celui-ci continue de multiplier les préparatifs de sorte que tout soit prêt aussitôt qu’une éventuelle annonce sera faite.

«Comme nos employés sont déjà engagés, nous continuons de nous préparer. Toutefois, je crains qu’à force de ne pas savoir, les travailleurs se tannent et décident d’aller chercher ailleurs. Tous les matins, on vient travailler, mais on le fait dans l’incompréhension, le néant. Ce n’est pas facile», a-t-il fait savoir.

Ce que déplore principalement Patrick Bellemare, c’est de n’avoir aucune nouvelle de la Santé publique. «Le problème en ce moment, c’est que je n’ai aucune date de référence. Si on nous donnait une prévision approximative pour la réouverture, ce serait plus facile, on saurait pour quelle date on doit être prêts», confie-t-il avant d’ajouter que la présence d’un parc aquatique pourrait s’avérer nettement bénéfique pour la population avec le beau temps actuel.

En outre, le propriétaire craint de devoir dire adieu à l’été actuel après avoir déployé inutilement d’importants coûts pour préparer son parc aquatique à accueillir les visiteurs.

«Récemment, nous avons rendu nos toilettes opérationnelles, mais devrons-nous les refaire hiberner sans qu’elles aient été utilisées? Est-ce que je dois sortir mes 400 chaises au risque d’être obligé de les retourner à l’intérieur? Le même questionnement revient quant à la publicité que je dois ou non me procurer. C’est beaucoup d’incompréhension», se questionne-t-il.

M. Bellemare rappelle également que, contrairement à la majorité des autres entreprises, il n’a pas dû fermer ses portes depuis les trois derniers mois, mais bien les dix derniers. Une statistique qui pourrait gonfler considérablement si on l’empêchait d’ouvrir avant l’été prochain. «Si ça arrive, j’aurai été contraint de suspendre mes activités pour une durée totale de 22 mois», soutient-il.

Sans grande surprise, advenant une réouverture, le parc aquatique H2O serait doté d’une panoplie de moyens de protection assurant la sécurité des visiteurs. Le propriétaire se dit extrêmement confiant de pouvoir aménager ses installations de sorte qu’aucun client ne coure le moindre danger.

«La plupart du temps, les gens viennent nous voir entre amis ou en famille. Ces groupes de personnes pourraient facilement prendre chacun une table et demeurer à une distance sécuritaire. De plus, notre eau est fréquemment nettoyée et contient du chlore, ce qui tue les bactéries. Enfin, considérant la grandeur du site, je suis d’avis que personne ne serait en danger», conclut M. Bellemare.