Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le maire de Baie-du-Febvre demande aux gens des zones rouges de passer leur tour cette année.
Le maire de Baie-du-Febvre demande aux gens des zones rouges de passer leur tour cette année.

Les oies de Baie-du-Febvre: pour les résidents des zones orange seulement [ARTICLE AUDIO] 

Marc-André Pelletier
Marc-André Pelletier
Initiative de journalisme local - Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Le maire de Baie-du-Febvre invite les visiteurs provenant de zones rouges au Québec à passer leur tour cette année pour venir assister au majestueux spectacle des oies sur la route 132. Claude Lefebvre se base sur un week-end de Pâques très, voire trop achalandé pour effectuer cette demande.

Le premier magistrat affirme avoir constaté «de deux à trois fois» plus de visiteurs lors de la longue fin de semaine qui vient de passer, en comparaison aux années antérieures.

«Ça a été la cohue. Il y avait presque des embouteillages», souligne-t-il.

Le maire avoue comprendre que les opportunités de se divertir ne sont pas nombreuses en temps de COVID-19, mais en appelle au jugement des touristes.

«Les consignes me semblent claires, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde, visiblement», déplore M. Lefebvre.

Non seulement les visiteurs, beaucoup de Montréalais, ont fait fi de la recommandation de la Santé publique de ne pas transiter vers une région d’une couleur différente, ils ont également pris leur aise un peu trop au goût du maire.

Écoutez cet article en version audio.

«Les gens débarquaient de leur voiture et formaient des attroupements pour regarder les oies. Ils finissaient par se rassembler et discuter, même s’ils ne se connaissaient pas. Je comprends que cette année, il n’y a pas beaucoup de choses à faire et que les gens se disent que c’est dehors... le problème, c’est que tout le monde a la même idée. Les gens en inspirent d’autres.»

Claude Lefebvre, maire de Baie-du-Febvre.

En plus d’être en contravention avec la distance de deux mètres, les visiteurs auraient adopté des comportements questionnables.

«Il y en a qui étaient carrément dangereux: des gens se sont arrêtés dans le milieu de la 132 pour regarder les oies. Il y a eu des gens qui sont restés pris dans l’accotement boueux à ce temps de l’année. Ils ont dû être remorqués pour s’en sortir», décrit Claude Lefebvre.

«Ce n’est pas possible de partir d’une zone rouge pour venir à Baie-du-Febvre. Ça fait trop de monde. Ça nous fera plaisir de les accueillir, mais l’an prochain», ajoute-t-il.

«On a quand même installé des toilettes publiques à l’extérieur pour éviter que les visiteurs aillent dans des commerces pour faire leurs besoins», a-t-il précisé.

Le maire Lefebvre ne voit toutefois pas d’inconvénients à accueillir des visiteurs de la Mauricie et du Centre-du-Québec, qui sont en zone orange.

«Ils peuvent venir. Si en plus, ils peuvent rester dans leur auto, c’est encore mieux», exprime-t-il.

La Sûreté du Québec a passé une partie du week-end à effectuer de la surveillance, mais ses pouvoirs sont limités, rapporte M. Lefebvre.

«Ils ont sensibilisé les gens. C’est la même consigne que l’an dernier. Ils ne peuvent malheureusement pas faire grand-chose, puisque c’est une recommandation et non une réglementation, de ne pas changer de zone de couleur», a soufflé le principal intéressé.