Les libéraux de la Mauricie préfèrent parler d'économie

«Les gens veulent parler d'économie pas de charte des valeurs. La charte, ça ne crée pas d'emplois ça.» C'est en ces termes que Jean-Paul Diamond a résumé la position des gens de Maskinongé au sujet de la Charte des valeurs.
Les députés libéraux de la région participaient, hier, àSaint-Félicien, à la discussion du Parti libéral au sujet de la pertinence de maintenir ou non le crucifix à l'Assemblée nationale et de la réception qu'obtient la charte dans leur circonscription respective.
Or, le député n'était pas heureux que des médias aient rapporté que les gens de sa circonscription «appuyaient le projet péquiste de charte des valeurs».
«Ce que j'ai dit, c'est qu'il y en a qui sont pour la charte. C'est normal qu'il y en ait, mais la majorité est contre. Ceux qui m'en parlent en tout cas. C'est ce que je vois et ce que j'entends. Les gens me disent: ça ne crée pas d'emplois une charte, ça peut juste en faire perdre. Il faut parler d'économie et d'emploi. C'est pas drôle ce qui se passe au Québec. En février à Shawinigan, ils vont essayer d'acheter des comtés. Il faudrait aller voir du côté du Conseil du trésor si l'argent est retenu pour ces projets-là», prévient-il.
Au sujet du maintien ou non du crucifix à l'Assemblée nationale, le député soutient que «la croix» ne nuit absolument à rien. «Tant qu'à ça, qu'est-ce qu'on fait avec la croix rouge? La croix bleue? La croix blanche sur le drapeau du Québec? Le crucifix est là depuis longtemps, il dort, il ne dérange personne. Il ne porte aucun préjudice à la neutralité de l'État», conclut-il.
Sa collègue de Trois-Rivières, Danielle St-Amand, abonde dans le même sens. «Le crucifix de l'Assemblée nationale est un héritage de notre patrimoine historique et il ne porte aucun préjudice à la neutralité religieuse de l'État.»
Au sujet de la charte, elle ajoute que ce qui inquiète ses concitoyens, c'est l'extrémisme religieux et surtout les crimes d'honneur. «Ce que j'entends de mes concitoyens, c'est surtout qu'ils ne savent pas trop ce qu'il y a dans la loi et qu'ils sont effrayés par un problème créé par les péquistes, un problème qui n'existe même pas! Et le PQ a mis une image de femme voilée sur cette loi alors que ça va bien au-delà de ça!»
La députée rappelle qu'un gouvernement libéral ne tolérerait pas des visages couverts.
Quant à la députée libérale de Laviolette, Julie Boulet, elle confie n'entendre parler ni de charte des valeurs, ni du crucifix à l'Assemblée nationale dans sa circonscription... où se trouve pourtant Hérouxville.
«Sincèrement, je n'en entends pas parler beaucoup. Les gens sont surtout inquiets pour leur emploi. J'ai beaucoup d'industries qui se rattachent à l'industrie forestière dans mon comté, que ce soit à Grand-Mère, dans Mékinac ou le Haut Saint-Maurice. J'ai plus d'inquiétude pour ces communautés-là qui sont mono-industrielles et qui ont été fragilisées», assure-t-elle.