André Carbonneau, propriétaire des Jardins André Carbonneau.
André Carbonneau, propriétaire des Jardins André Carbonneau.

Les Jardins André Carbonneau ferment temporairement: «J’avais besoin de faire ce geste pour être bien avec moi-même»

Louiseville — La direction des Jardins André Carbonneau de Louiseville décide de fermer temporairement le commerce afin de laisser passer l’éclosion de deux cas de coronavirus parmi son personnel.

Il y a quelques jours, un premier cas a été détecté au sein de l’équipe d’une douzaine de personnes. Un deuxième s’est ajouté, si bien qu’André Carbonneau fait fi des recommandations de la santé publique et a fermé son commerce dès mercredi matin, en plein cœur de la haute saison.

«En mettant les employés touchés en quarantaine pour 14 jours, ça met de la pression sur les autres. Les autorités disaient hier (mardi) que la fermeture n’était pas forcément ce qu’ils recommandaient. Mais pour moi, j’avais besoin de faire ce geste pour être bien avec moi-même. J’ai décidé de prioriser la santé de mes gens au lieu de la santé de l’entreprise. C’était devenu, à mon avis personnel, un risque pour mes employés et pour les clients même si on me dit le contraire. Je n’étais pas prêt à supporter ce poids. Si ça avait dégénéré, je ne me serais jamais pardonné. Il n’y a pas meilleur oreiller qu’une conscience tranquille», raconte M. Carbonneau lors d’une entrevue accordée mercredi matin .

Le propriétaire ajoute que de nombreuses mesures ont été prises pour éviter d’attraper la COVID-19, autant pour les clients que pour les employés. Mais selon M. Carbonneau, un facteur explique probablement l’entrée du coronavirus dans son entreprise.

«On a oublié une niaiserie. On faisait le café le matin pour tout le monde, mais on n’a jamais pensé que tout le monde prendrait la cafetière dans ses mains. C’est ce qu’on pense qu’il est arrivé. C’est parfois par une niaiserie que les choses arrivent», ajoute celui qui se réjouit qu’aucun membre de son équipe n’est atteint de symptômes graves.

Selon M. Carbonneau, il n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît de remplacer des employés oeuvrant dans une jardinerie. Le soin à apporter aux fleurs, plantes et arbustes requiert des connaissances. Malgré la fermeture du commerce à la clientèle, les employés vont demeurer en poste pour prendre soin du produit en attendant la réouverture prévue le 27 mai.

La réouverture est évidemment souhaitée, mais André Carbonneau ignore comment les gens vont réagir face à sa sortie publique, d’abord sur Facebook, lui qui préfère jouer franc-jeu dans ce dossier.

«On va voir si la situation nous permet de rouvrir ou non. Si l’opinion du monde est défavorable, on ne rouvre pas. Si les gens associent notre entreprise à la COVID-19 et ont peur d’entrer dans notre lieu, on ne sait pas ce que ça fera. L’entreprise est financièrement solide, on va passer au travers, on va reculer de 15 ans. On perd les meilleures semaines de ventes. Jusqu’à maintenant, on a une saison incroyable, les ventes sont très bonnes. Si les gens sont là le 27 mai, ça va marcher. Il y a des emplois et tout notre cœur dans tout ça.»

Les Jardins André Carbonneau fêteront leur 50e anniversaire en 2021. L’objectif fixé par André Carbonneau est évidemment d’être présent l’an prochain.