Le Québec compte maintenant 75 000 infirmières et infirmiers, dont 2 464 en Mauricie et 1 688 au Centre-du-Québec.

Les infirmières du Québec rajeunissent

TROIS-RIVIÈRES — Le Québec compte maintenant plus de 75 000 infirmières et les effectifs rajeunissent. Autre constat, le taux de rétention des jeunes infirmières est supérieur en Mauricie que pour l’ensemble du Québec.

L’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec indique en effet, mardi, que 75 042 infirmières étaient inscrites au tableau de l’Ordre pour l’exercice 2017-2018. L’année précédente, elles étaient 74 254.

En Mauricie, on dénombre 2464 infirmières et infirmiers, ce qui représente 3,5 % de l’effectif provincial et une progression de 1% au cours de la dernière année. De côté du Centre-du-Québec, on compte 1 688 infirmières et infirmiers. Cette région a toutefois connu une baisse de ses effectifs de 1,3 % depuis l’an dernier.

«L’effectif infirmier de la région se démarque toutefois avec le deuxième taux d’emploi à temps complet en importance au Québec après le Nord-du-Québec: 68 % travaillent à temps complet et ce taux tend même à augmenter depuis les dernières années», note-t-on dans le bilan de l’OIIQ.

«On peut faire le même constant pour la relève infirmière embauchée au Centre-du-Québec en 2017-2018, qui affiche un taux d’emploi à temps complet de 58 %, comparativement à 20 % pour la relève dans l’ensemble de la province.»

Plus jeunes qu’avant

Par ailleurs, l’effectif infirmier rajeunit. Au 31 mars dernier, l’âge moyen de l’effectif était de 41,5 ans. Cet âge moyen a reculé de 1,5 an en sept années. Ceci est dû à l’arrivée de nouvelles diplômées en nombre, jumelées au départ à la retraite d’infirmières plus âgées. Ainsi, le nombre d’infirmières de 45 à 54 ans a diminué d’année en année depuis 2013-2014, pendant que celui des infirmières de 25-34 ans et de 35-44 ans croissait.

De plus, les données de l’OIIQ indiquent que le taux de rétention des infirmières en Mauricie est plutôt bon. Plus de 80 % de la relève infirmière travaille toujours dans la région cinq ans après l’embauche. Globalement, le taux de rétention régional au Québec est de 75 %. «Par conséquent, l’effectif infirmier de la Mauricie est l’un des plus jeunes du Québec, avec 37 % d’infirmières et infirmiers âgés de moins de 35 ans», note l’OIIQ.

«Garder nos jeunes dans la région, c’est toujours une bonne nouvelle», lance Nathalie Perron, la présidente du Syndicat des professionnelles en soins de la Mauricie et du Centre-du-Québec. «C’est une profession qui n’est pas facile. On le voit actuellement avec les étudiantes. La réalité du métier n’est pas ce à quoi elles s’attendaient. Lorsqu’elle commence à faire des stages, on a beaucoup de décrochage dans les cohortes et on a un peu moins d’admissions.»

Nathalie Perron estime que davantage de stabilité d’emploi permettrait d’améliorer le taux de rétention dans la profession ainsi que dans la région. «On a des problèmes d’effectifs et de temps supplémentaire obligatoires. On va être plus capable de les garder dans la région si on offre de la stabilité», soutient-elle.