À l’avant, Sylvie Gervais, directrice générale du CAB de Grand Mère et tous les bénévoles qui contribuent à l’année à cette initiative.

Les farfadets ne sont pas une légende

SHAWINIGAN — Vous ne croyez pas au père Noël? L’Atelier des farfadets est une légende pour enfants? Une fausse nouvelle? Une théorie de la conspiration? Détrompez-vous.

Le Nouvelliste est allé aux sources et il appert que non seulement l’Atelier des farfadets existe bel et bien, mais en plus, il est situé en Mauricie.

Mardi, d’ailleurs, des témoin crédibles ont vu les farfadets et le père Noël en train de distribuer des jouets et des vêtements à 90 enfants dans 52 familles des secteurs Lac-à-la-Tortue, Saint-Georges-de-Champlain, Saint-Jean-des-Piles et Grand-Mère.

C’est beaucoup de travail, c’est pourquoi les pompiers de la Ville de Shawinigan ont amorcé cette distribution, lundi et se sont rendus au domicile de 45 enfants.

Selon un sondage scientifique obtenu en exclusivité par Le Nouvelliste, environ la moitié des enfants qui sont sous l’aile protectrice de l’Atelier des farfadets préfèrent en effet recevoir leurs cadeaux de la main des pompiers. Toujours selon ce sondage, l’autre moitié des enfants préfèrent recevoir les farfadets à la maison et certains affirment que le père Noël en personne se serait aussi présenté chez eux.

La mère Noël en charge de cette initiative, c’est Sylvie Gervais qui est aussi la directrice générale du Centre d’action bénévole de Grand-Mère. Mme Gervais, qui a lancé ce projet en 1995 avec sa mère, s’assure en effet que la magie de Noël fasse pleinement partie de l’expérience pour chaque enfant de 0 à 12 ans qui bénéficie de cette initiative annuelle. Pour les bénévoles, cela implique de porter les vêtements magiques correspondant à leur rôle bien spécial.

Chaque année, depuis 1995, 15 farfadets bénévoles nettoient, réparent, peignent et trient des jouets et des vêtements destinés aux enfants moins favorisés du secteur couvert par le CAB de Grand-Mère. «Il faut que tout soit comme neuf», précise Mme Gervais. La bonne œuvre devient du même coup un geste bénéfique pour l’environnement grâce à son volet recyclage. Il s’agit d’un travail à l’année dans lequel les bénévoles investissent une journée de leur temps par semaine, le mercredi, de 9 h à 16 h. «On parle de 8500 heures par année», confie Mme Gervais.

À l’automne, le travail s’intensifie. Les farfadets trient tous les objets reçus en vue de trouver ceux qui seront parfaits pour chaque enfant. Le reste est remis à la Saint-Vincent-de-Paul.

«Nous travaillons avec le CLSC», indique Mme Gervais. Certains enfants manquent en effet de stimulation et cette collaboration permet d’envoyer dans les familles des jouets pouvant joindre l’utile à l’agréable, explique-t-elle.

L’Atelier des farfadets reçoit beaucoup de soutien financier de la part de la communauté environnante. La Fondation du Club Richelieu Centre-Mauricie a offert 3000 $ à l’Atelier des farfadets pour soutenir tous ces efforts. C’est un des partenaires financiers les plus importants. Malheureusement, le club a été dissout l’automne dernier et l’Atelier des farfadets ne pourra plus compter sur cette aide l’an prochain.

Mme Gervais doit donc partir à la recherche de nouveaux appuis financiers pour assurer la pérennité de ce beau geste puisque le 8 janvier, les farfadets retournent au boulot en vue des fêtes de Noël... 2018. La population est donc invitée à continuer de donner.

Les Chevaliers de Colomb ont participé, cette année, à la hauteur de 1500 $.

Le Club Optimiste de Saint-Georges a fait un don de 620 $ et les Chevaliers de Colomb de Saint-Georges, de 300 $. 

Plusieurs commerces ont aussi mis la main à la pâte, ce qui a permis d’amasser environ 200 jouets neufs.

Les pompiers de la Ville de Shawinigan, qui sont les parrains de l’Atelier des farfadets, ont remis un don de 500 $ grâce aux recettes des machines distributrices de boissons gazeuses dans les casernes d’incendie.

L’initiative reçoit aussi, cette année encore, l’appui de certaines écoles. Les enfants de l’école Laflèche du secteur Grand-Mère fabriquent de petites cartes de Noël qui seront remises avec les cadeaux. À l’école Dominique-Savio, on conserve et ensache les surplus de bonbons de l’Halloween pour les inclure dans les cadeaux.

L’Atelier des farfadets est très actif tout au long de l’année. Des cadeaux et des peluches ont été donnés à 17 enfants du service Par-Action du CLSC pour stimuler le développement des enfants et on en a aussi remis à 23 enfants de l’équipe de quartier de Shawinigan pour leur fête de Noël. Par l’intermédiaire d’intervenants sociaux, 27 enfants ont reçu des jouets tandis que 100 peluches ont été remises à la Clinique ambulatoire du Centre Laflèche pour les enfants qui ont eu des prises de sang. En août dernier, 450 peluches ont été distribuées lors de la fête de la famille des Chevaliers de Colomb de Grand-Mère. Le 9 décembre, 600 peluches ont été données dans le secteur Grand-Mère lors de l’activité Le Village de grand-mère Noël.

Oui, l’Atelier de farfadets est un fait vérifié. Quant à confirmer l’existence du père Noël, le bureau d’enquête du Nouvelliste poursuit toujours ses investigations.