Une entente de principe serait survenue à la résidence Entre-Deux de Trois-Rivières.

Les employés de la Résidence Entre-Deux acceptent l'entente de principe

Après plus de quatre mois de négociations ardues, les employés de la Résidence Entre-Deux ont finalement accepté, vendredi, à 83 % l'entente de principe qui était intervenue avec la direction au début du mois de février et qui leur permettra d'améliorer considérablement leurs conditions de travail.
Parmi les gains enregistrés par le syndicat, on note des augmentations salariales de 2 $ et plus de l'heure, une bonification des vacances et une banque de congés de maladie. À cela, il faut également ajouter un montant forfaitaire rétroactif à 2009.
«Il y avait de l'argent sur la table et les gens sont contents. Il faut comprendre qu'il y avait du rattrapage à faire», a mentionné le représentant syndical à la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), Jocelyn Gélinas.
Avant cette entente de principe, les salaires variaient entre 10 et 13 $ de l'heure en comparaison avec des taux horaires entre 18 et 20 $ dans les Centres d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).
Vendredi, ce sont donc 75 % des quelque 35 syndiqués de la Résidence Entre-Deux qui ont participé à l'un ou l'autre des deux votes qui se sont déroulés pendant la journée aux établissements de la rue des Cyprès et la rue Dussault.
Au cours des derniers mois, le processus de négociation n'a pas toujours été facile. Les employés avaient même confié un mandat de grève à leur exécutif syndical, à utiliser au moment opportun. De plus, les moyens de pression avaient soulevé du mécontentement chez certains bénéficiaires et le ministère des Services sociaux avait même dépêché un commissaire aux plaintes pour faire enquête. Finalement, les moyens de pression ont cessé avant que les parties témoignent devant la Commission des relations du travail.
Maintenant, la page devra être tournée avec l'acceptation de cette entente. «Les gens sont très satisfaits d'être enfin reconnus pour le travail qu'ils font, en comparaison avec ce qui se fait au public. Il y avait une plage de différence et là, au moins, le salaire se rapproche. Ça va aussi leur donner la chance d'aller se chercher du personnel», insiste M. Gélinas, tout en précisant que les syndiqués de la Résidence Entre-Deux ne bénéficient toujours pas de régime de retraite.
Néanmoins, les deux parties seront de nouveau convoquées à la même table de négociation dans un avenir plutôt rapproché puisque l'entente qui a été conclue est d'une durée d'un an seulement.