L’église de Grande-Anse.

Les églises de La Croche et de Grande-Anse trouvent preneurs

La Tuque — La paroisse Saint-Martin de Tours a conclu la vente de deux autres églises sur son territoire récemment. L’église Saint-Hippolyte de La Croche et l’église Saint-Théodore de Grande-Anse ont finalement trouvé preneurs.

Le contrat pour la vente de l’église de La Croche a été signé le 16 juillet dernier. Les acheteurs sont un couple de Montréal. Ils devraient s’installer graduellement dans le bâtiment dont la construction avait débuté en 1914.

«C’est une belle petite église. Elle est coquette. Ils ont eu un coup de cœur», lance le prêtre Marc Lahaie.

Dans le cas de l’église située dans le secteur de La Croche, la paroisse a pu toucher un montant aux alentours de 20 000 $. «On ne pouvait pas espérer beaucoup, surtout qu’il y a une partie des terres qui était inondable à La Croche. […] Du côté de Grande-Anse, le terrain allait jusqu’en montagne et sur le bord de la rivière. Si c’était seulement l’église, on n’aurait pas eu grand-chose parce qu’elle était fragile, mais avec les terrains on est allé chercher un peu plus sans dire le montant», note-t-il.

L’église de La Croche.

À Grande-Anse, ce sont deux couples de Trois-Rivières ont fait l’acquisition officielle de l’église le 19 juillet.

«C’est une des plus anciennes églises de la Mauricie», note le prêtre Marc Lahaie.

Les acheteurs étaient particulièrement intéressés par le terrain de l’église. «Il est à noter que la désacralisation de ces deux églises a pris effet à la signature des contrats notariés.»

Pour la paroisse Saint-Martin-de-Tours, c’est un soupir de soulagement «administratif».

«C’était dans notre processus. Il y avait encore des frais associés à ça et les montants d’argent qui entrent sont toujours de plus en plus bas. […] Ce n’est pas ce qui est souhaitable, mais… c’est une gérance qu’on fait. Au niveau administratif, c’était les bons choix à faire», affirme Marc Lahaie.