Les Défis du parc changent d'emplacement en raison des travaux au Parc national

Les Défis du parc déménagent

Shawinigan — L’organisation des Défis du parc profite des importants travaux de réfection d’infrastructures au Parc national de la Mauricie pour se donner un nouveau visage en 2018. Exceptionnellement, les 7, 8 et 9 septembre, l’événement se déroulera dans un nouveau secteur de cet immense terrain de jeu, accessible par l’entrée de Saint-Mathieu-du-Parc.

Vendredi après-midi, Marie-Josée Gervais et son équipe ont présenté cet important changement non pas comme une contrainte à vivre, mais plutôt une opportunité pour découvrir des points de vue encore inexplorés par les habitués de ce prestigieux rendez-vous. Ce qui n’empêche pas que les Défis du parc n’auront jamais aussi bien porté leur nom que pour l’organisation de cette 12e édition. D’ailleurs, pendant un court moment, Mme Gervais s’est demandée si les Défi du parc pouvaient s’intégrer au calendrier 2018 en raison de ces travaux majeurs.

«Ça a été à peine effleuré, mais on s’est vite dit qu’il fallait trouver des solutions», explique-t-elle. «Depuis onze mois, Parcs Canada nous a vraiment intégré aux négociations. Nous étions extrêmement considérés dans leurs priorités. Nous étions invités aux rencontres avec les gestionnaires. Nous sommes vraiment chanceux!»

«Juste la dernière édition, le fait de changer la date et d’être en même temps que le camping, tout comme l’an prochain, c’est extrêmement compliqué pour le Parc national de la Mauricie», fait-elle remarquer. «Ils travaillent fort pour nous garder dans le paysage.»

Les habitués savent que le stationnement à l’aire de pique-nique Shewenegan représentera tout un défi logistique pour ce week-end. «On va avoir une très grosse équipe; il faudra embaucher une firme», prévoit la fondatrice. «C’est un beau défi!»
Martine Tousignant, agente aux relations publiques au Parc national de la Mauricie, précise que l’entrée de Saint-Jean-des-Piles sera perturbée pour toute la saison estivale 2018.

«Ça va se passer complètement du côté de Saint-Mathieu-du-Parc», mentionne-t-elle. «On prévoit de rouvrir Saint-Jean-des-Piles pour la saison hivernale 2018-2019. Nous voulions vraiment trouver une formule pour que les Défis du parc se tiennent quand même. Ça permet de continuer à faire rayonner l’événement dans un format original.»

Pour cette édition spéciale, l’épreuve reine de la fin de semaine, la Cyclosportive VéloMag, consistera en un 100 kilomètres sur la route Promenade. Elle consistera en deux allers-retours vers le belvédère Le Passage. Un parcours de 53 km sera également proposé.

L’organisation prévoit aussi un triathlon qui entraînera les participants à 750 mètres de nage en eau vive dans le lac Wapizagonke, 25 kilomètres de vélo sur la route Promenade et 5,5 kilomètres de course à pied sur les sentiers des Falaises et des Cascades.
Une épreuve de course en sentier sur 7 kilomètres est également prévue, de même qu’un trois kilomètres de marche sur le plateau du pique-nique Shewenegan pour les aînés.

Les contraintes logistiques ont forcé l’organisation à ne pas présenter le Gran Fondo. D’ailleurs, Mme Gervais doute que cette épreuve de 145 kilomètres revienne au programme, puisque les inscriptions plafonnaient à seulement 200 athlètes.

Les Roses
L’équipe féminine des Roses effectue évidemment un retour en 2018, avec 150 participantes. Des femmes qui ont toutes relevé le défi du Parc national de la Mauricie au moins une fois, à l’exception d’une: Julie Boulet, députée de Laviolette et ministre du Tourisme, qui a accepté de participer à un «triathlon politique». Elle s’occupera de la portion de 25 kilomètres en vélo, tandis que deux coéquipières se partageront les 500 mètres de nage au lac Wapizagonke et le 5,5 kilomètres de course en sentier. Les deux autres politiciennes ne sont pas encore trouvées, mais une invitation sera assurément lancée à la nouvelle mairesse de Montréal, Valérie Plante.