Jean-Philippe Pelletier est arrivé le premier au Best Buy du Carrefour Trois-Rivières Ouest, mercredi, une heure et demie avant l’ouverture du magasin.

Les consommateurs au rendez-vous

Trois-Rivières — Malgré l’attrait des ventes en ligne, nombreux étaient ceux et celles qui ont fait la file mercredi devant les magasins pour profiter des soldes de l’Après-Noël, certains bravant le froid pendant plus d’une heure.

Quelque 200 personnes ont attendu l’ouverture des portes du Best Buy du Carrefour Trois-Rivières Ouest. Elles sont entrées à 13 h, sous les applaudissements des employés qui les attendaient dans le portique d’entrée du commerce.

Jean-Philippe Pelletier était le premier à mettre les pieds dans le magasin après avoir patienté pendant une heure et demie. Venu avec sa copine de Lac-à-la-Tortue, le jeune homme a fait la route jusqu’à Trois-Rivières pour mettre la main sur une console de jeu Nintendo Switch. «C’est ma petite gâterie, mon cadeau de Noël à moi de moi... enfin, de nous à nous», explique-t-il.

Les employés du Best Buy du Carrefour Trois-Rivières Ouest ont applaudi les nombreux acheteurs qui ont patienté longuement devant le magasin pour profiter des soldes d’Après-Noël.

Les soldes de l’Après-Noël lui auront permis d’économiser 100 $ sur son achat, un rabais qui vaut amplement la route et l’attente, selon lui. «L’économie valait l’heure d’attente dehors, soutient-il. Économiser 100 $ pour une heure, un gars sait calculer!»

Bien que le commerce électronique gruge les ventes des commerces de détail, ces soldes gardent manifestement leur raison d’être, puisque ce rabais n’aurait pas pu être obtenu en ligne, explique Jean-Philippe. «En ligne, c’était bloqué. On n’était pas capable de l’acheter.»

Heureusement pour ces chasseurs de soldes, la météo était clémente avec eux, mercredi, même si certains avaient pris la peine de bien s’emmitoufler en prévision de l’attente.

Guillaume Normandin était fier d’avoir pu mettre la main sur une console Playstation 4.

D’autres acheteurs arrivés quelques instants avant l’ouverture se sont joints aux 200 acheteurs en file. La vue de celle-ci a par ailleurs provoqué quelques réactions, dont celle d’un enfant impressionné par le nombre de personnes et d’une dame un peu perturbée par ce phénomène de consommation de masse.