Le propriétaire et président des Aigles de Trois-Rivières, Marc-André Bergeron.

Les conservateurs courtisent Marc-André Bergeron

TROIS-RIVIÈRES — Après l’ancien maire de Trois-Rivières Yves Lévesque, le Parti conservateur du Canada (PCC) a également courtisé le propriétaire et président des Aigles de Trois-Rivières, Marc-André Bergeron. L’ancien défenseur du Canadien de Montréal avoue être en réflexion à la suite de cette approche du PCC.

L’ancien hockeyeur professionnel confirme avoir été approché par les conservateurs pour représenter le parti dans la circonscription de Trois-Rivières ou bien ailleurs. «C’est quand même à prendre au sérieux», affirme Marc-André Bergeron. «Mais présentement, la priorité est dans les Aigles.»

Par ailleurs, Marc-André Bergeron ne veut pas couper l’herbe sous le pied d’Yves Lévesque. L’ancien maire de Trois-Rivières, qui a quitté son poste pour des raisons de santé, est pressenti depuis un bon moment pour représenter les conservateurs dans Trois-Rivières. Le lieutenant politique du Québec pour le PCC, Alain Rayes, n’a jamais caché cette réalité. Il a d’ailleurs répété à plusieurs occasions qu’Yves Lévesque était le «plan A» du parti. «M. Lévesque est toujours là et j’ai beaucoup de respect pour lui. Je veux essayer de prendre le temps de bien mener l’équipe de baseball. En temps et lieu, si je décide d’aller de l’avant et que le parti est toujours en position de me prendre, ce sera ça», soutient Marc-André Bergeron.

L’ancien défenseur du Canadien de Montréal est flatté par l’approche des conservateurs, bien qu’il n’avait jamais envisagé auparavant de faire le saut en politique. Il soutient aussi que le parti conservateur n’est pas «nécessairement» naturel pour lui. «C’est eux qui m’ont approché», soutient Marc-André Bergeron. «Je ne suis pas quelqu’un qui a été très politisé. Si jamais j’avais à aller de l’avant, je suis quelqu’un qui aime bien faire les choses. J’aurai beaucoup de travail à faire pour connaître les dossiers. Je suis quand même un gars de la région. Je suis de Trois-Rivières et j’ai vécu ici. Je connais les gens du coin, alors je vais partir avec une base.»

Du côté du bureau d’Alain Rayes, on confirme que Marc-André Bergeron a été approché par le parti conservateur. L’attaché presse du député de Richmond-Arthabaska, Benoît Plamondon, indique que l’ancien joueur de hockey est le «deuxième plan A» qu’Alain Rayes avait évoqué dans une entrevue accordée au Nouvelliste à la suite du dépôt du budget fédéral.

À l’instar des propos prononcés par le lieutenant politique du Québec pour le PCC à cette occasion, Benoît Plamondon soutient que la porte est toujours ouverte pour Yves Lévesque. Ce dernier aurait jusqu’au début de l’été pour prendre sa décision.

Par ailleurs, le recrutement va bon train au PCC, alors que les candidats de 46 des 78 circonscriptions ont déjà été annoncés.