Les femmes enceintes peuvent maintenant être accompagnées lors des échographies.
Les femmes enceintes peuvent maintenant être accompagnées lors des échographies.

Les conjoints à nouveau admis aux échographies

TROIS-RIVIÈRES — Les femmes enceintes étaient nombreuses dans la région à attendre cette nouvelle avec impatience. Voilà que le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) autorise à nouveau la présence d’un accompagnateur, conjoint, conjointe ou personne significative, lors des échographies en obstétrique.

La semaine dernière, le ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec a publié une directive qui autorise à nouveau les conjoints à assister aux échographies.

Durant les trois premiers mois de la pandémie, les femmes devaient assister seules à ces moments à la fois marquants et terriblement angoissants pour de futurs parents. Après tout, c’est lors de ces échographies qu’il est possible d’entendre pour la première fois le cœur du foetus et de suivre son état de santé.

«C’est maintenant possible pour les conjoints d’accompagner les femmes enceintes notamment pour les échographies», affirme Kellie Forand, agente d’information au CIUSSS MCQ.

«C’est un moment important pour un conjoint, ou une conjointe, d’être impliqué dans la grossesse.»

Certains parents n’ont pas attendu la nouvelle directive du CIUSSS MCQ. Dès que ceux-ci ont appris cette nouvelle directive du ministère de la Santé, ils se sont présentés à deux à l’échographie.

«Ça s’est fait graduellement, le retour des conjoints. Certaines femmes enceintes étaient accompagnées aux échographies cette semaine. Et nous n’avons refusé personne», précise Kellie Forand.

«Les gens qui se sont déjà présentés ont été accueillis avec joie.»

Pandémie oblige, des mesures sanitaires doivent être respectées lors des rendez-vous d’échographie. Autant les femmes enceintes que les accompagnateurs doivent porter un masque. De plus, ils doivent respecter les mesures de distanciation physique notamment dans les salles d’attente.

Bien que certaines mesures de restriction sont assouplies pour les futurs parents, il n’en demeure pas moins que lors de l’accouchement, certaines restrictions demeurent en place. Les conjoints ou les conjointes ont toujours pu depuis le début de la pandémie assister à l’accouchement de leur enfant.

Toutefois, ils ne peuvent quitter le centre hospitalier lorsque leur bébé et leur conjointe sont hospitalisés. S’ils le font, ils ne peuvent alors plus revenir à l’unité des naissances.