Marc-Antoine Cloutier

Les Commissionnaires défendent leur agent

TROIS-RIVIÈRES — Les Commissionnaires du Québec ont pris la défense de leur agent de sécurité, lundi après-midi. Selon l’agence de sécurité, son employé est intervenu adéquatement auprès de Guy Bastien, cet octogénaire qui est décédé, cette fin de semaine, à la suite d’une chute, vendredi, au CHSLD Roland-Leclerc, à Trois-Rivières.

L’événement est survenu lorsque l’agent a voulu rediriger M. Bastien à sa chambre. «Ce qu’on a comme information, c’est que notre agent a été appelé à intervenir pour accompagner M. Bastien d’un endroit où il ne pouvait pas être à sa chambre. Dans le cadre de ce travail, M. Bastien a chuté», explique Me Marc-Antoine Cloutier, avocat de l’agence Les Commissionnaires

La famille allègue que l’agent a poussé M. Bastien, un geste qui serait à l’origine de sa chute. Les Commissionnaires nient vigoureusement cette version des faits. «On a entendu des allégations à l’effet qu’il aurait poussé M. Bastien. Il est clair pour nous que ce n’est pas le cas. Ce n’est pas arrivé de cette manière-là», affirme Me Cloutier.

Selon Me Cloutier, le travailleur a suivi «les règles de l’art» lors de son intervention.

La formation des agents de sécurité n’est pas non plus un facteur dans l’équation, selon Me Cloutier. «Dans ce cas-ci, la formation n’est pas en cause. Monsieur a suivi ce qui doit être fait dans les circonstances.»

Par ailleurs, le travailleur est en congé de maladie. À la suite des événements, une altercation est survenue entre le fils de Guy Bastien, Marc, et l’agent de sécurité. «S’en est suivie une altercation qui n’a pas été initiée par notre travailleur. Il a subi des ecchymoses importantes au visage. Vous pouvez certainement penser aux conséquences psychologiques que ça occasionne. Il est en arrêt de travail pour cette raison et il a porté plainte à la police pour voies de fait.» M. Bastien devrait d’ailleurs comparaître en janvier pour cette affaire.

Les Commissionnaires tenaient à sortir sur la place publique pour défendre leur employé. «C’est quelqu’un de solide, mais il est dans une situation qui n’est pas évidente à vivre.» Le travailleur est agent de sécurité depuis deux ans, selon Me Cloutier.

Par ailleurs, Les Commissionnaires du Québec ont tenu à offrir leurs sympathies à la famille.