Les riverains de plusieurs municipalités et villes devront attendre encore plusieurs jours avant de commencer à retirer les sacs de sable de leur terrain.

Les citoyens nettoieront sans l’armée

TROIS-RIVIÈRES — Alors que le niveau du lac Saint-Pierre baisse très lentement, plusieurs municipalités et villes de la région demandent à leurs citoyens d’attendre encore un peu avant de commencer à nettoyer leur terrain après les inondations. Les riverains devront d’ailleurs retirer les sacs de sable de leur propriété sans l’aide de l’armée, ce qui irrite certains maires de la région.

Plus tôt cette semaine, les Forces armées canadiennes avaient indiqué que le second mandat confié aux soldats déployés au Québec serait de retirer le matériel de protection (les sacs de sable) des infrastructures essentielles et de dégager les routes principales et les ponts dans les municipalités sinistrées. Ces opérations débuteront le 27 mai et s’étaleront sur une période de 10 à 12 jours. Entre 130 et 150 militaires y prendront part.

«C’est très décevant, l’armée nous a laissé tomber, déplore Yvon Deshaies, maire de Louiseville. Là, c’est le temps où on a besoin d’eux, alors que les gens sont fatigués.»

L’aide demandée par les citoyens de sa municipalité pour retirer leurs sacs de sable viendra donc des pompiers de la Ville de Louiseville, ce qui représente pour cette dernière des coûts supplémentaires. SOS Inondation Mauricie devrait également donner un coup de main, mais M. Deshaies ignore encore combien de bénévoles viendront. Le nettoyage devra d’ailleurs attendre encore au moins une semaine, puisque 75 maisons sont toujours inondées et 89 sont isolées à Louiseville.

Le maire de Bécancour, Jean-Guy Dubois, est lui aussi déçu de cette décision, mais précise qu’il n’est pas surpris. «Ils (les soldats) ont à établir des priorités et ces priorités sont surtout en Outaouais, souligne-t-il. Mais ils ont confirmé qu’ils ne feraient pas d’intervention sur les terrains privés. Je l’aurais souhaité, c’est sûr, mais je ne suis pas surpris, parce que ce n’est pas leur devoir.»

La Ville invite les citoyens qui ont ramassé les débris laissés sur leur terrain par les eaux à les mettre au bord de la rue, puisqu’elle commencera à les ramasser la semaine prochaine. On recommande toutefois aux riverains de laisser encore en place les sacs de sable destinés à protéger les résidences des inondations. La Ville commencera à ramasser ceux qui auront été mis sur le bord de la rue à partir du 27 mai. L’écocentre d’ENFOUIBEC est par ailleurs ouvert gratuitement du lundi au samedi.

À Nicolet, où 90 résidences sont encore inondées et deux sont isolées, le nettoyage devra aussi attendre encore une bonne semaine. En l’absence de l’armée, la Ville s’est tournée vers l’École nationale de police du Québec.

«On est en train de discuter pour voir s’il est possible de dégager des aspirants pour aider les citoyens, indique la mairesse Geneviève Dubois. On devrait avoir des nouvelles la semaine prochaine.»

Une quarantaine de futurs policiers ont déjà mis la main à la pâte, il y a quelques semaines, pour confectionner des sacs de sable. En tout, 43 000 de ces sacs ont été distribués et installés sur le territoire de la ville.

Pour sa part, le maire de Maskinongé, Roger Michaud, se dit surpris de cette décision de l’armée, dont il assure ne pas avoir été informé. «Je n’ai pas eu cette information-là, comme quoi on n’aurait pas d’aide pour nos citoyens», affirme-t-il. Le premier magistrat ne s’en formalise toutefois pas outre mesure. «C’est sûr que ce serait un plus pour les citoyens, mais si on ne l’a pas (cette aide), on va les aider nous-mêmes (la municipalité).»

Si l’eau semble très lente à baisser dans le lac Saint-Pierre, la Sécurité civile assure que la période de crue est bel et bien terminée, malgré la fonte des neiges qui augmente le débit des rivières en Haute-Mauricie et la pluie annoncée pour dimanche et lundi.

«On est vraiment en période de rétablissement, souligne Sébastien Doire, directeur régional de la Sécurité civile. Oui, il y a encore de la neige et de la glace en Haute-Mauricie, mais ça n’a pas un impact significatif. Pour les rivières de ce secteur, ça va très bien, on est sous les seuils d’alerte. C’est très positif.»