Parmi les mesures mises en place, il y a eu l’apparition des bracelets munis d’un GPS pour les nouveau-nés.

Les bracelets électroniques toujours offerts au CHAUR

TROIS-RIVIÈRES — L’enlèvement de bébé Victoria, il y a cinq ans, a non seulement constitué un point tournant quant à l’utilisation de l’alerter Amber, mais il a incité plusieurs centres hospitaliers à resserrer leurs mesures de sécurité, dont évidemment le Centre hospitalier affilié universitaire régional (CHAUR) qui a été le théâtre de ce drame.

Parmi les mesures mises en place, il y a eu l’apparition des bracelets munis d’un GPS pour les nouveau-nés. Cinq ans plus tard, ces bracelets sont toujours disponibles et plusieurs parents ressentent encore le besoin de les utiliser.

Près de 30 % des parents en font la demande en moyenne. «Ils sont encore offerts. Il y a aussi plusieurs indications sur le département qui font mention de la possibilité d’avoir un bracelet électronique. Aussi, dès l’entrée, il y a une affiche qui indique que c’est une zone sécurisée par le bracelet électronique», explique Guillaume Cliche, porte-parole du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Un an après le drame, c’est 50 % des parents qui se prévalaient du service. Cinq ans plus tard, certains l’utilisent sans nécessairement faire le lien avec l’événement. Plusieurs autres mesures ont été mises en place à la suite de l’enlèvement. Par exemple, le personnel doit porter la carte d’identité en tout temps et la placer bien en vue.